in

Pourquoi l’ESA va tester la résistance des mémoires informatiques dans l’espace

Crédits : ESA

L’expérience Chimère a pour but d’évaluer la résistance de ces composants courants face aux radiations solaires et spatiales. Pour se faire, un CubeSat nommé GomX-4B sera envoyé dans l’espace.

Le satellite GomX-4B, mis au point par la société danoise GOMspace, fait partie de la catégorie des CubeSat, ces satellites se présentant sous la forme d’un cube d’un décimètre de côté pour un volume d’un litre seulement. Le vendredi 2 février 2018, le GomX-4B a été lancé depuis une fusée chinoise afin de rejoindre en orbite GomX-4A, un premier CubeSat faisant partie de la même mission impulsée par l’Agence spatiale européenne (ESA).

Ensemble, ces deux satellites ont la vocation de tester la fiabilité des communications radio entre deux modules, mais GomX-4B suscite davantage l’intérêt. En effet, ce dernier embarque une expérience secondaire baptisée Chimère. Celle-ci est incarnée par la présence d’un circuit imprimé composé d’une douzaine de mémoires flash d’ordinateur grand public ainsi que d’une puce destinée à contrôler leurs paramètres.

Le but ? Évaluer la résistance des composants couramment utilisés en informatique face aux radiations solaires et spatiales, ces dernières étant composées de particules hautement énergétiques et électriquement chargées. L’ESA désire faire comme d’autres agences, à savoir utiliser à terme des composants informatiques disponibles dans le commerce pour mener ses missions orbitales.

« Nous effectuons des tests au sol et utilisons des logiciels de modélisation pour comprendre comment les différents composants sont affectés par le rayonnement, mais rien ne vaut les tests réels dans l’espace », déclarait Tomasz Szewczy de l’équipe Chimère pour Phys.org.

Il s’agit clairement de limiter les coûts, car les composants grand public sont généralement disponibles pour des dizaines d’euros. Cependant, comme leur fiabilité dans l’espace est loin d’être assurée, le prix peut finalement être trop onéreux en raison de la batterie de tests qu’ils doivent subir. Le CubeSat GomX-4B permettra de tester à moindre coût quatre marques différentes, et un modèle devrait être retenu pour les prochaines missions en cas de résultats concluants.

Sources : Phys.orgSciences et Avenir