in

Ce simple test d’équilibre pourrait prédire votre risque de décès prématuré

Crédits : Pexels

Un simple test d’équilibre pourrait servir d’indicateur de risque de maladie et de décès. Une étude portant sur plus de 1 700 sujets a en effet révélé un taux disproportionné de décès parmi les personnes incapables de tenir sur une jambe pendant dix secondes. À terme, un tel examen pourrait faire partie des bilans de santé de routine à partir de l’âge moyen.

Perte d’équilibre

Le vieillissement est associé à un déclin progressif de la forme physique de la force/puissance musculaire, de la souplesse et de l’équilibre. Il est également bien établi que la combinaison de l’obésité et de la perte de souplesse et d’équilibre est préjudiciable à la santé globale, rendant les personnes fragiles plus sujettes aux chutes et à d’autres séquelles médicales indésirables graves. Les chutes sont en effet la deuxième cause de décès accidentels liés à des blessures dans le monde.

Cela étant dit, contrairement à la forme aérobie, la force musculaire ou la souplesse, l’équilibre a tendance à être raisonnablement préservé jusqu’au milieu de la cinquantaine, avant de commencer à décliner rapidement. Malgré tout, l’évaluation de cette capacité n’est pas encore systématiquement intégrée à l’examen clinique des personnes d’âge moyen et plus âgées. Une étude prouve une fois de plus que cela devrait être le cas.

Dans le cadre de ces travaux publiés dans la revue British Journal of Sports Medicine, une équipe de l’Université de Bristol a cherché à évaluer si la capacité à tenir sur une jambe pendant dix secondes était associée ou non à la mortalité, toutes causes confondues.

Pour cette étude, les chercheurs ont recruté 1702 individus (68 % d’hommes, 32% de femmes) âgés de 51 à 75 ans entre 2008 et 2020. Des modélisations ont été utilisées pour comparer les courbes de survie et le risque de décès selon la capacité ou l’incapacité de terminer le test. Les scientifiques ont également pris en compte plusieurs paramètres tels que le poids, le tour de taille ou les antécédents médicaux. Chaque personne a pu faire trois tentatives avec l’un ou l’autre pied. Sur l’échantillon, 348 sujets (environ un sur cinq) ont échoué.

équilibre
Crédits : LibelSanRo/Pixabay

Une vraie tendance

Sans surprise, le taux d’échec a augmenté avec l’âge. Celui-ci était en effet d’environ 5 % chez les 51-55 ans, de 8 % chez les 56-60 ans, de près de 18 % chez les 61-65 ans et d’un peu moins de 37 % chez les 66-70 ans. Au-delà, plus de la moitié des sujets ont échoué.

Le suivi des patients sur un suivi médian de sept ans a permis aux chercheurs d’isoler certaines associations entre l’équilibre et la mortalité. Environ 7% de la cohorte (123 sujets) sont décédés pendant cette période de diverses causes (cancer, maladies cardiovasculaires, complications COVID-19 ou autres).

Bien qu’il n’y ait pas de tendances claires concernant les résultats des tests d’équilibre et ces causes, ou la durée de vie des sujets, le taux de décès parmi ceux qui ont échoué était significativement plus élevé : 17,5% contre 4,5%. Notez que ceux qui ont échoué au test étaient généralement en moins bonne santé avec des taux plus élevés d’obésité, de maladies cardiaques et d’hypertension artérielle.

Après avoir pris en compte tous ces composants, l’équipe a calculé qu’une incapacité à se tenir debout sur une jambe pendant dix secondes était associée à une augmentation de 84 % du risque de décès sur dix ans, quelle qu’en soit la cause.

Malgré la petitesse de l’échantillon, l’équipe suggère que ce type de test d’équilibre pourrait devenir un outil bon marché et non invasif dans le contexte des soins de santé courants, tout comme peuvent l’être une simple prise de tension artérielle ou un test sanguin.