in

TESS localise une première exoplanète de la taille de la Terre

Le satellite TES (Transiting Exoplanet Survey Satellite) de la NASA. Crédits : NASA / Goddard Space Flight Center

Une équipe d’astronomes annonce la découverte d’une première planète de taille terrestre par le télescope spatial TESS, de la NASA. HD 21 749 c intègre désormais notre carnet d’adresses.

Une première pour TESS

Le télescope spatial Kepler étant parti en retraite, c’est désormais TESS (Transiting Exoplanet Survey Satellite), le nouveau chasseur d’exoplanètes de la NASA, qui prend les devants. Placé en orbite en avril dernier, l’instrument vise à détecter des creux momentanés de luminosité d’environ 200 000 étoiles proches. Trois exoplanètes avaient jusqu’à présent été découvertes par le satellite, toutes énormes. Auxquelles donc s’ajoute une quatrième, cette fois-ci de taille terrestre. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue The Astrophysical Journal Letters.

La prénommée HD 21749c orbite autour de l’étoile HD 21749, à environ 52 années-lumière de la Terre. Tout ce beau monde évolue dans le Réticule, une constellation de l’hémisphère sud. C’est également autour de cette étoile que se positionne HAD21749b, trois fois plus grande que la Terre et environ 23 fois plus massive, découverte par TESS en janvier dernier.

tess exoplanète
HD 21 749 b, également découverte par TESS, orbite à environ 52 années-lumière de la Terre. Crédits : Goddard Space Flight Center de la NASA

HD21749c a peut-être une taille terrestre, mais elle n’est pas accueillante pour autant. La petite planète rocheuse entoure son étoile mère tous les 7,8 jours, ce qui signifie qu’elle est si proche qu’elle a une température de surface de 425 °C. L’environnement nous rappelle sensiblement celui de Vénus. Autrement dit, il y a de fortes chances pour que ce monde soit invivable. Peut-être, néanmoins, l’a-t-il été dans le passé ?

Une vingtaine d’exoplanètes de taille terrestre

On rappelle que TESS évolue actuellement sur une orbite elliptique entre 108 000 km et 375 000 km d’altitude. Positionné ainsi, le satellite fait le tour de la Terre tous les 13,7 jours. La mission devrait normalement durer deux ans, le temps de référencer une vingtaine d’exoplanètes de taille terrestre. « Celle-ci est notre première, explique Diana Dragomir, membre de l’équipe TESS. Cela ouvre la voie à la recherche de planètes plus petites autour d’étoiles encore plus petites, et ces planètes peuvent potentiellement être habitables ».

Une fois ces quelques mondes localisés, l’idée sera alors de mettre en place des études de suivi avec des télescopes au sol, dans le but de caractériser leur atmosphère. Pour ce faire, les astronomes comptent normalement s’appuyer sur le très attendu James Webb telescope, dont le lancement a été décalé au 30 mars 2021.

Source

Articles liés :

La vie pourrait-elle évoluer sur ces exoplanètes proches ?

Sur combien d’exoplanètes connues pourriez-vous techniquement marcher ?

Pourrons-nous bientôt observer directement les exoplanètes ?