in

La Tesla d’Elon Musk s’est approchée de la planète Mars

Crédits : Official SpaceX Photos / Flickr

Parti de la Terre il y a plus de deux ans, Starman, installé dans la Tesla Roadster d’Elon Musk, s’est depuis rapproché de la planète rouge. Mais il ne fait que passer.

C’était en février 2018. Un Roadster de Tesla, voiture personnelle d’Elon Musk, était placé en orbite avec un mannequin au volant nommé Starman. Une première charge utile pas comme les autres pour le voyage inaugural de la gigantesque fusée Falcon Heavy de SpaceX (et un joli coup de pub au passage pour la marque Tesla). Depuis, le véhicule et son chauffeur ont fait du chemin.

«Starman, vu pour la dernière fois en train de quitter la Terre, a fait sa première approche rapprochée de Mars aujourd’hui – à moins de 0,05 unité astronomique», a tweeté SpaceX ce mercredi 7 octobre. Pour rappel, une unité astronomique équivaut à la distance moyenne Terre-Soleil – environ 150 millions de kilomètres. Autrement dit, la Tesla et son mannequin se sont approchés à environ huit millions de kilomètres de la planète rouge.

La Tesla évolue toujours sur une orbite elliptique, faisant le tour du Soleil en 557 jours terrestres. Selon le site de suivi whereisroadster.com, une plateforme permettant de suivre les aventures de Starman en temps réel, la voiture et son conducteur ont à ce jour parcouru près de 2,1 milliards de km dans l’espace. Pour vous donner une idée, c’est comme si cette voiture avait parcouru toutes les routes de la Terre plus de 57 fois.

tesla
Quelle vue ! Crédits : SpaceX

L’environnement impitoyable de l’espace

Difficile, sans images, d’estimer le degré de dégradation de la voiture et de son chauffeur. Les radiations solaires et les rayons cosmiques, qui constituent la plus grande menace pour les plastiques de la voiture, ainsi que pour son cadre en fibre de carbone, ont probablement fait énormément de dégâts.

«Ces matériaux sont constitués en grande partie de liaisons carbone-carbone et de liaisons carbone-hydrogène, expliquait il y a quelques mois le chimiste William Carroll, de l’Université d’Indiana (États-Unis). L’énergie du rayonnement stellaire peut alors faire craquer ces liaisons. Ces matières organiques, dans cet environnement, je ne leur donnerais même pas une année !».

Vous l’aurez compris, après plus de deux ans passés dans l’espace, il est fort probable qu’il ne reste plus grand-chose de la voiture. Quand bien même, le duo (du moins ce qu’il en reste) continuera à “bouffer de l’asphalte interplanétaire” dans les années à venir. Mais pour combien de temps ?

Difficile à dire. SpaceX avait initialement tablé que son mannequin évoluerait dans le système solaire pendant environ un milliard d’années. Il est également possible que la voiture vienne s’écraser sur Terre ou Vénus dans quelques dizaines de millions d’années, selon une étude de modélisation publiée en 2018. Néanmoins, les chances que cela arrive restent minces (entre 2 et 6 %, respectivement).