in

Tesla affirme que l’Autopilot permet de réduire les risques d’accident

Crédits : Peter Stevens / Flickr

Ces dernières années, le système d’assistance à la conduite de Tesla a été impliqué dans plusieurs accidents. Néanmoins, sa responsabilité est à nuancer et Tesla vient de publier un rapport très significatif. La société affirme en effet que l’Autopilot réduit énormément le risque d’accident par rapport aux autres véhicules.

Les Tesla ont moins d’accidents

L’Autopilot est un système avancé d’aide à la conduite (ADAS), et non un pilote automatique contrairement à ce que son nom le laisse entendre. En raison de cette possible confusion, Tesla ne peut plus utiliser cette appellation en Allemagne. Ces dernières années, de nombreux observateurs ainsi que la National Transport Safety Board (NTSB) aux États-Unis ont pointé la société du doigt pour ses manquements en termes de sécurité. Toutefois, il semble qu’une partie des propriétaires de véhicules Tesla aient quant à eux fait preuve de négligence. Il faut dire qu’Elon Musk a souvent rappelé que l’assistance à la conduite ne devait pas empêcher de garder un œil sur la route et une main sur le volant. Par ailleurs, rappelons que l’Autopilot a également sauvé des vies plus d’une fois.

Mais alors, l’Autopilot est-il si dangereux au final ? Dans un rapport récent, la firme donne des détails sur la sécurité de ses véhicules. Plus précisément, le document livre les chiffres trimestriels concernant les accidents de la route. Selon le document, les Tesla embarquant l’Autopilot seraient en réalité en moyenne neuf fois moins souvent impliquées dans des accidents que les autres véhicules.

tesla accident
Crédits : National Transportation Safety Board (NTSB) / Wikipédia

La carte de la transparence

Le rapport mentionne notamment les chiffres du 4e trimestre 2021. Il y est fait mention d’un crash tous les 6,94 millions de kilomètres parcourus. Le constructeur affirme que les concurrents n’utilisant pas l’Autopilot affichent pour leur part une moyenne d’un accident tous les 2,56 millions de kilomètres. La différence entre les deux ratios est donc assez impressionnante. Tesla donne également des chiffres de la sécurité routière américaine. Dans ce pays, il y aurait en moyenne un accident tous les 778 922 kilomètres. Tesla joue donc la carte de la transparence en présentant des chiffres concernant l’implication de ses véhicules dans des accidents depuis le 3e trimestre 2018. À l’époque, les véhicules de la marque ayant recours à l’Autopilot affichaient une moyenne d’un accident tous les 5,38 millions de kilomètres.

Dans le rapport, le constructeur affirme que la connectivité des véhicules permet de collecter des données en conditions réelles. Cela permet ainsi mieux comprendre les différentes situations générant des accidents. Tesla souligne qu’en aval, des fonctionnalités sont ainsi développées pour aider les conducteurs à réduire les risques d’accident. Cela passe notamment par des mises à jour logiciel après vente, prenant en compte les données en question.