Tesla : un Autopilot à points pour plus de sécurité

tesla autopilot
Crédits : Marc van der Chijs / Flickr

Face aux dispositifs concurrents, l’Autopilot de Tesla a perdu du terrain en ce qui concerne l’implémentation du système. La firme a non seulement refusé le volant capacitif, mais a également mis en place une sorte de permis à points qui bloque l’accès à l’Autopilot. Désormais, Tesla donne la possibilité de récupérer ces points.

Un système trop contraignant ?

Aujourd’hui, l’Autopilot de Tesla semble en retard, non pas au niveau de la fiabilité de la conduite semi-autonome, mais de l’implémentation du système. Il faut savoir qu’en attendant la conduite entièrement autonome, la réglementation européenne impose à l’utilisateur de garder les mains sur le volant lorsque la voiture propose un système comme l’Autopilot. Or, Tesla a refusé l’installation d’un volant capacitif, à l’inverse de ses concurrents. Ce dispositif permet à l’utilisateur de confirmer la présence de ses mains sur le volant sans constamment devoir appliquer une pression et donc d’éviter les possibles alertes.

Tesla exige que le conducteur tourne le volant toutes les dix secondes environ afin de montrer sa vigilance ou encore de réenclencher l’Autopilot pour chaque dépassement. De plus, le système intègre une caméra intérieure qui interprète la position de l’utilisateur. En cas de mauvais geste, parfois même anodin, la sanction tombe : l’Autopilot se désactive et force le conducteur à s’arrêter pour le remettre en marche.

autopilot tesla
Crédits : Flickr / Marc van der Chijs

Possibilité de regagner des points

Une mise à jour effectuée en fin d’année 2023 est allée encore plus loin. Après cinq désactivations successives (strikeout ou disparition des « cinq fusibles ») pour suspicion de manque d’attention, le service est suspendu une semaine entière. Cela a donc donné l’idée à certains utilisateurs de ne pas effectuer la mise à jour en question afin de ne pas risquer une telle suspension. En somme, il est ici question d’un genre de permis à points qui ne donne pas la possibilité de récupérer ces mêmes points. Six mois plus tard, Tesla a toutefois modifié le système pour permettre la récupération d’un point pour chaque semaine sans strikeout.

Si la sécurité est si rigide au niveau de l’Autopilot de Tesla, ce n’est pas un hasard. En effet, de nombreux accidents ont déjà eu lieu qui mettaient tantôt l’utilisateur en cause, tantôt le système lui-même. Rappelons tout de même que depuis 2020, Tesla n’a plus le droit d’utiliser la mention Autopilot en Allemagne. Selon un tribunal local, le terme peut en effet induire en erreur, car il n’est pas question de conduire 100 % autonome.