in

Près de ce terrier, les chercheurs n’ont pas trouvé Alice, mais des restes préhistoriques

Crédits : Richard Brown et Giselle Eagle / WTSWW.

Les gardiens de la petite île de Skokholm, au large du Royaume-Uni, sont récemment tombés sur des outils en pierre vieux de 9000 ans près d’un terrier de lapin. Le lendemain, ils ont retrouvé des restes de poteries expulsés du même terrier.

Battues par les tempêtes, les hautes falaises de la petite île isolée de Skokholm, au large des côtes du Pays de Galles (Royaume-Uni), sont un vrai paradis pour les oiseaux marins qui viennent pondre leurs œufs dès la fin du printemps. Cependant, ça n’a pas toujours été le cas.

Nous savons en effet que les Vikings s’y sont installés au 10e ou eu 11e siècle. “Skokholm” est d’ailleurs un nom nordique qui signifie “île boisée”. De nos jours, les arbres ont disparu, mais il y en avait à leur époque.

Les Scandinaves n’ont toutefois pas été les premiers. Visiblement, d’autres ont également fréquenté l’île pendant plusieurs milliers d’années.

terrier Skokholm
Vue aérienne de l’île de Skokholm. Crédits : Crown Cherish Project 2018.

Premiers outils préhistoriques

Richard Brown et Giselle Eagle, experts des oiseaux de mer, sont les gardiens de ces terres. Profitant des jours sans touristes accordés par la pandémie, ils ont récemment exploré l’île plus en profondeur. Il y a quelques semaines, ils sont alors tombés sur un outil inhabituel posé à côté d’un terrier de lapins.

Un tel terrier n’est pas inhabituel. De nos jours, les touristes parcourent cette île dans le cadre de voyages organisés pour voir les innombrables macareux et autres oiseaux de mer qui affluent. Et comme beaucoup d’îles, Skokholm a également servi de ferme de lapins durant l’époque médiévale. Les éleveurs y étaient en effet à l’abri des prédateurs.

Le terrier lui-même semblait néanmoins assez ancien. À un moment donné, l’un de ces occupants aurait peut-être expulsé l’objet de son antre, volontairement ou non.

Les deux gardiens récupèrent alors l’outil, le prennent en photos et envoient les clichés à Andrew David, un expert en la matière. Ce dernier examine l’objet et l’identifie rapidement comme un galet biseauté du Mésolithique tardif. Il explique que cet outil aurait été utilisé par des chasseurs-cueilleurs il y a 6000 à 9000 ans pour la préparation de peaux de phoque ou pour la transformation d’aliments tels que les crustacés.

Bien que ces types d’outils soient bien connus sur les sites côtiers du Pembrokeshire et de Cornwall, ainsi qu’en Écosse et dans le nord de la France, il s’agit du premier exemple de Skokholm et de la première preuve solide de l’occupation du Mésolithique tardif sur l’île“, souligne le chercheur.

terrier outil lapins
L’un des outils retrouvés. Crédits : Richard Brown et Giselle Eagle.

Une urne funéraire

Ce n’est pas tout. Le lendemain, les deux gardiens retournent près du terrier et tombent sur un second outil du même type, puis remarquent de gros morceaux de poterie. Les deux gardiens imaginent alors qu’en redécorant son terrier, un lapin avait ainsi révélé de nouveaux signes d’occupation humaine.

Cette fois, c’est Jody Deacon, conservatrice au Musée national du Pays de Galles, qui reconnaît leur importance. Ces fragments intégraient probablement une urne de l’âge du bronze généralement associée à des enterrements de crémation. Datant d’il y a environ 3750 ans, ce type d’objet était assez courant à cette époque dans l’ouest du Pays de Galles.

Et c’est ainsi, grâce aux yeux perçants de ces gardiens, qu’ont été identifiés les premiers outils mésolithiques confirmés et la première poterie de l’âge du bronze de l’île de Skokholm.