in ,

Non, la Terre ne va pas être plongée dans l’obscurité pendant 3 jours

Crédits : frankestalonevfx / Pixabay

Depuis le début de la semaine, la rumeur court : trois jours d’obscurité, les 21, 22 et 23 décembre 2014, prétendument annoncés par le directeur de la NASA, Charles Bolden et une tempête solaire. La rumeur fait écho à une vieille prophétie apparue dans le catholicisme, reprise depuis par des mouvements New age.

À l’origine du buzz actuel, un article sur un site québécois, tumeniaisestu.ca (authentique), qui cite comme seule source une entrée sur Du Ciel à la Terre. Nous vous laisserons juger sa rigueur scientifique par vous-même.

La référence à l’ex-astronaute et directeur de la NASA Charles Bolden trouve probablement son origine dans une vidéo, publiée en 2011, et dans laquelle il incitait les employés de l’agence spatiale à se tenir près en cas de catastrophe naturelle. Il se peut aussi qu’elle ait tout simplement été montée de toutes pièces : le site web nasa.gov ne fait à aucun moment référence à trois jours d’obscurité en décembre 2014. Des rumeurs similaires ont toutefois circulé avant le passage de la comète Elenin en 2011, et avant la prétendue apocalypse de 2012. Nombre de ses affirmations, qui se sont révélées sans fondement, étaient présentées comme des annonces de la NASA.

Pour ce qui est des affirmations concernant une tempête solaire, il est impossible de les prédire plus de quelques jours à l’avance, le seul moyen de les détecter étant pour l’instant d’observer directement l’éruption, et les jets de particules qu’elles émettent. Il faut ensuite aux particules chargées entre 2 à 5 jours pour arriver jusqu’à la Terre, où elles mettent en danger les installations électriques, les satellites et les astronautes. Affirmer qu’une telle tempête aura lieu dans deux mois n’a donc aucun sens, d’autant plus qu’il est difficile d’imaginer comment elle pourrait nous plonger dans l’obscurité en plein jour.

Vous l’aurez compris, il n’y a rien craindre des 21, 22, et 23 décembre, si ce n’est des jours bien trop courts, le froid et les courses de Noël.

La réponse d’un astrobiologiste de la NASA aux trois jours de nuit en 2012  – tumeniaisestu.ca