in

La Terre aura une lune supplémentaire pendant 4 000 ans

Crédits : CharlVera/Pixabay

En 2020, les astronomes pensaient avoir déniché le deuxième astéroïde troyen terrestre jamais enregistré. Une nouvelle équipe vient de confirmer sa présence autour du point de Lagrange 4. D’après ces analyses, cette petite « lune » supplémentaire devrait accompagner la Terre pendant 4000 ans environ.

Les astéroïdes troyens sont de petites roches qui partagent leur orbite avec une planète. La plupart d’entre eux évoluent en amont et en aval de Jupiter. Jusqu’à présent, un seul de ces objets, appelé 2010 TK7, a été confirmé sur la même trajectoire que la Terre. Dans le cadre d’une nouvelle étude publiée dans Nature, des chercheurs confirment qu’un second objet de ce genre appelé 2020 XL5 et identifié la même année était bel et bien un troyen terrestre. Considérez-le comme une lune supplémentaire de la Terre, bien que très petite et seulement de passage.

Une petite lune garée autour de L4

En décembre 2020, 2020 XL5 avait été repéré grâce au télescope Pan-STARRS 1, situé à Hawaï. Des études de suivi avaient ensuite permis d’estimer son positionnement autour de L4, le quatrième point de Lagrange Terre-Soleil. 2010 TK7, le premier astéroïde troyen terrestre confirmé, évolue également autour de L4.

Pour rappel, un point de Lagrange est une position où les champs de gravité de deux corps en mouvement orbital l’un autour de l’autre proposent la force centripète requise pour que ce point de l’espace accompagne simultanément le mouvement orbital des deux corps. Autrement dit, un point de Lagrange est une « place de parking » relativement stable dans l’espace.

Le point L4 est en avance sur l’orbite de la plus petite des masses (donc la Terre), dans son orbite autour de la grande (le Soleil), comme vous pouvez le voir ci-dessous.

lune astéroïde troyen
Visualisation des points de Lagrange Terre-Soleil. La petite « lune » 2020 XL5 se trouve autour de L4. Crédits : NOIRLab/NSF/AURA/J. da Silva

Pour ces nouvelles analyses, les chercheurs se sont appuyés sur le télescope SOAR (Southern Astrophysical Research) au Chili, ainsi que sur le télescope Lowell Discovery (Arizona) et la station terrestre optique de l’ESA à Ténérife (îles Canaries). Ces nouvelles données confirment le positionnement de 2020 XL5 autour de L4.

Faire ce type de suivi n’est pas une mince affaire. Il est en effet difficile pour les astronomes de pointer les points L4 et L5 du système Soleil-Terre depuis notre planète, car tout astéroïde en orbite autour de ces points ne sera visible que pendant une courte fenêtre de temps proche du crépuscule et à très basse altitude.

Une présence temporaire

D’après les photométrique, l’objet serait probablement de type C (riche en carbone et sombre), le plus courant dans le Système solaire. L’étude a également révélé que 2020 XL5 est beaucoup plus grand que le premier troyen terrestre découvert, mesurant environ 1,2 km de diamètre (contre 0,4 km pour 2010 TK7).

Enfin, l’équipe souligne que 2020 XL5 ne restera pas un astéroïde troyen terrestre pour toujours. D’après les analyses, restera en sa position pendant environ 4 000 ans, avant de finir par échapper à la force gravitationnelle qui le maintient en place.