in

Et si la Terre arborait des anneaux comme Saturne ?

Crédits : Pincio / iStock

Selon un professeur en génie mécanique américain, notre planète serait sur le point d’avoir ses propres anneaux. La Terre pourrait donc ressembler à Saturne, mais à une différence près : les anneaux seront constitués de ferraille, et non de roches et de blocs de glace. L’expert a également proposé une solution pour contrôler les déchets spatiaux.

Des anneaux de déchets spatiaux

Notre planète pourrait également avoir des anneaux. Cette prédiction est celle de Jake Abbott, professeur en génie mécanique à l’Université d’Utah (États-Unis). Interrogé dans un article du quotidien local Salt Lake Tribune du 13 novembre 2021, il indique que ces futurs anneaux seront faits de déchets spatiaux, et donc de ferraille. Rappelons au passage que les anneaux de la planète Saturne sont quant à eux composés de glace d’eau et poussières.

Les déchets spatiaux orbitant autour de la Terre sont une préoccupation pour les entreprises et les gouvernements. Outre le risque de collision avec des satellites, les risques concernent également l’exploration spatiale. Selon l’Agence Spatiale européenne (ESA), 5 000 fusées ont mis en orbite environ 8 000 satellites depuis Spoutnik en 1957. Parmi les déchets en question, 170 millions mesurent plus d’un millimètre et 670 000, moins de trois centimètres. Ajoutons à cela 29 000 débris de plus de 10 cm actuellement sous surveillance.

débris spatiaux
Crédits : NASA Orbital Debris Program Office / Wikipedia

Une solution simple et efficace

Le problème préoccupe grandement, d’autant plus que des sociétés privées lancent actuellement ou prévoient de lancer leurs propres satellites (ou constellations), SpaceX en tête. Dans le cadre de son projet Starlink, la société d’Elon Musk a en effet déjà placé sur orbite environ 2 800 satellites. Alors que le projet en prévoyait à terme 12 000, la décision d’en ajouter 30 000 de plus a été prise récemment. Par ailleurs, SpaceX pourrait un jour entreprendre de déployer un système similaire autour de la planète Mars.

Les risques de collision au-dessus de la Terre sont donc de plus en plus importants. Il y a quelques semaines, la Station Spatiale internationale (ISS) a évité un débris spatial provenant du test d’un missile chinois effectué en 2007. En parallèle, différents projets de nettoyage de l’orbite terrestre sont en développement comme le satellite RemoveDebris et le vaisseau ELSA-d, deux dispositifs conçus par l’ESA.

Jake Abbott a également évoqué une solution possible dans une publication dans la revue Nature le 20 octobre 2021. Selon lui, l’idéal serait de mettre au point un bras robotique embarquant un aimant rotatif. Celui-ci pourrait alors générer des « tourbillons », un genre de courant électrique permettant de contrôler les déchets spatiaux en réduisant notamment leur vitesse.