in

Une nouvelle technique radio révèle quatre possibles exoplanètes

Crédits : iStock

Une équipe d’astronomes s’est récemment appuyée sur une technique radio pour sonder l’activité d’une variété de naines rouges à proximité. Dans certains cas, ils soupçonnent que ces signaux radio puissent indiquer la présence d’exoplanètes auparavant non détectées.

En 2020, une équipe observait des signaux radio inhabituels provenant d’une étoile naine rouge voisine connue sous le nom de GJ1151. Il s’est ensuite avéré que ces ondes radio étaient produites par l’interaction d’une exoplanète en orbite autour de son hôte, entraînant la formation d’aurores boréales. Ce phénomène avait déjà été prédit il y a plus de trente ans, mais il n’avait jamais été observé directement.

Trois possibles planètes

Dans le cadre de ces études, les mêmes chercheurs se sont appuyés sur le télescope LOFAR (Low Frequency Array, le radiotélescope le plus puissant au monde) pour balayer un huitième du ciel du nord, isolant finalement les émissions radio provenant de dix-neuf naines rouges situées entre douze et cent cinquante années-lumière. Dans une paire d’articles publiés dans Nature Astronomy et The Astrophysical Journal Letters, ces derniers révèlent plus de détails sur GJ1151 et soulignent la présence de trois autres exoplanètes possibles autour de ces étoiles voisines de faible masse.

« Cette découverte est une étape importante pour la radioastronomie et pourrait potentiellement conduire à la découverte de planètes dans toute la galaxie« , a déclaré le Dr Benjamin Pope, de l’Université du Queensland.

Interactions avec le champ magnétique

Plus précisément, les quatre étoiles concernées sont plus « silencieuses » que les autres et ne devraient pas produire de tels signaux à moins qu’une planète ne se déplace dans leur champ magnétique.

Les auteurs font une comparaison avec la lune Io, de Jupiter. Il y a plusieurs décennies, on a en effet découvert accidentellement que Jupiter émettait des ondes radio à polarisation circulaire, maintenant attribuées à des éruptions volcaniques sur Io qui projettent de la matière dans l’espace avant de remplir l’environnement de Jupiter.

Rappelons que notre planète génère également des aurores boréales et australes qui émettent elles aussi de puissantes ondes radio. Or, nous savons que ces aurores proviennent de l’interaction du champ magnétique terrestre avec le vent solaire.

exoplanètes
Illustration de trois planètes en orbite autour d’une naine rouge. Crédits : NASA / JPL-Caltech

D’après les auteurs, ces possibles nouvelles planètes évolueraient très près de leur étoile, complétant des orbites de deux à cinq jours. Leurs hôtes seraient en revanche si « froids » qu’elles pourraient encore se déplacer dans la zone habitable.

La prochaine étape sera de confirmer la présence de ces exoplanètes. « Nous ne pouvons pas être sûrs à 100 % que ces quatre étoiles abritent effectivement des planètes, mais nous pouvons dire qu’une interaction planète-étoile est la meilleure explication à ce que nous observons« , soulignent les chercheurs. « Cette découverte est une étape importante pour radioastronomie et pourrait potentiellement conduire à la découverte de planètes dans toute la galaxie« .