in

La taurine peut ralentir le vieillissement chez certains animaux. Qu’en est-il chez l’Homme ?

taurine acide aminé
Crédits : Artystarty/istock

Selon une étude publiée récemment dans la revue Science, la taurine, un acide aminé fabriqué par le corps humain, peut ralentir le vieillissement et prolonger la durée de vie de plusieurs espèces animales. Cependant, on ignore encore si de tels résultats pourraient être reproduits chez l’Homme.

Qu’est-ce que la taurine ?

La taurine est un acide aminé présent en grande quantité dans les tissus musculaires, le cerveau, le cœur ou encore les globules blancs. Cette molécule est impliquée dans plusieurs fonctions, dont la régulation de l’osmolarité des cellules, ce qui aide à maintenir l’équilibre des fluides dans le corps. La taurine est également un antioxydant permettant de protéger les cellules contre les dommages causés par les radicaux libres. Elle contribue aussi au bon fonctionnement du système cardiovasculaire en aidant à réguler la pression artérielle et en favorisant la contraction musculaire du cœur. Enfin, elle joue un rôle dans la digestion des graisses en aidant à émulsionner les lipides.

Notez que si le corps humain fabrique de la taurine, elle se trouve aussi naturellement dans certains aliments, notamment la viande, le poisson, les produits laitiers et les œufs. Elle est également présente dans certaines boissons énergisantes où elle est souvent ajoutée pour ses effets stimulants.

Des études antérieures ont montré que la concentration de taurine dans le sang est en corrélation avec la santé. Cependant, on ne sait pas si ces concentrations affectent le vieillissement. Pour combler cette lacune, des chercheurs du Buck Institute for Research on Aging, en Californie, ont mené une étude. Ces travaux visaient à mesurer la concentration sanguine de taurine au fil du vieillissement chez plusieurs espèces, puis à déterminer l’effet de la supplémentation de cet acide aminé sur leur durée de vie et leur santé.

taurine
Crédits : Columbia University Irving Medical Center

Des résultats étonnants

Ces travaux ont révélé que chez les souris, les singes et les humains, les taux sanguins de taurine diminuent de manière significative avec l’âge. Chez l’Homme, les niveaux semblent chuter d’environ 80 % entre la petite enfance et l’âge de soixante ans. Pour les auteurs de l’étude, cette baisse est probablement liée à la capacité de l’organisme à fabriquer de la taurine plutôt qu’à un changement de régime alimentaire.

Par la suite, en restaurant les niveaux de taurine chez les spécimens non humains plus âgés, les chercheurs ont constaté que la durée de vie des vers Caenorhabditis elegans augmentait de 10 % à 23 %. Les souris ayant reçu quotidiennement de la taurine avaient également une durée de vie médiane 10 à 12 % plus longue que les souris non traitées. Certaines caractéristiques du vieillissement, telles que les dommages à l’ADN et la sénescence cellulaire, étaient aussi moins étendues. Les souris auraient également bénéficié d’une force musculaire accrue et d’un métabolisme du sucre plus efficace.  Enfin, les singes rhésus (Macaca mulatta) ont montré une amélioration de leur santé osseuse, métabolique et immunitaire par rapport aux sujets non traités.

Ensemble, ces expériences suggèrent que « la taurine freine ou ralentit la vitesse du vieillissement« , du moins chez les sujets traités, note l’étude. Cependant, la manière dont cela se produit n’est pas encore tout à fait claire. Par ailleurs, rien ne permet aujourd’hui de dire que ces résultats pourraient également être observés chez l’Homme. De futurs essais cliniques rigoureusement conçus seront nécessaires pour le déterminer. En attendant, les chercheurs ne recommandent pas d’acheter de la taurine dans le commerce à cette fin.