in

Royaume-Uni : le cours de la Tamise perturbé par une « île de lingettes »

lingettes humides
Crédits : joho345 / Wikimedia Commons

Comme dans de nombreux endroits du monde, les lingettes humides sont un véritable fléau au Royaume-Uni, plus précisément dans la capitale Londres. Selon des sources locales, une sorte d’île constituée de ces lingettes humides s’est formée et sa présence est évidemment malvenue. Le phénomène est tel qu’il perturbe le cours de la Tamise.

Une île grande comme deux terrains de tennis

En fin d’année 2021, nous évoquions le fait que des requins, phoques, et hippocampes peuplent actuellement la Tamise, le fleuve qui traverse la ville de Londres. Il y a plusieurs décennies, plus précisément dans les années 1950, cette rivière avait pourtant été déclarée biologiquement morte. La Zoological Society of London a donc témoigné d’une nette reprise de la vie dans ce cours d’eau. Néanmoins, le quotidien britannique Evening Standard évoque un tout autre type de faune qui peuple à présent les environs : les lingettes humides.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, les nombreuses lingettes que les habitants jettent au quotidien ont formé une île d’une superficie égale à celle de deux terrains de tennis et d’une hauteur atteignant plus d’un mètre par endroits (1,40 m maximum). Or, la présence de cette formation modifie le cours du fleuve, ce qui pourrait avoir des conséquences indésirables à la fois sur l’écosystème local et la santé humaine.

rivière tamise londres
Le cours de la Tamise est actuellement perturbé par une île de lingettes humides dont la taille est équivalente à celle de deux courts de tennis. Crédits : Rob / Wikimedia Commons

L’ingrédient principal des « fatbergs »

En réaction à ce phénomène à peine croyable, le gouvernement britannique a appelé la population à stopper l’utilisation de lingettes humides. Il s’avère que leur évacuation dans les toilettes pose problème dans la mesure où celles-ci ne se dégradent pas, comme c’est notamment le cas du papier hygiénique classique. Ainsi, à défaut de ne plus les utiliser, il est au moins question d’arrêter de les jeter dans les toilettes.

Il faut tout de même souligner que ce type de lingettes représente environ 90 % de ce que l’on retrouve dans les « fatberg », ces énormes bouchons d’immondices (graisses, déchets ménagers, etc.) qui bloquent de temps à autre les égouts. De plus, les lingettes peuvent se décomposer en microplastiques et sont donc susceptibles de nuire à la faune et l’écosystème aquatique.

Pour l’association caritative londonienne Thames21, les lingettes humides sont également un fléau qu’il est urgent d’éradiquer. Ses bénévoles les ramassent régulièrement. Toutefois, les responsables de cette organisation appellent le gouvernement à interdire le plastique dans ces produits.