in

Système Solaire : les 7 endroits susceptibles d’abriter une vie microbienne

Crédit: Université du Kentucky

Sommes-nous les seuls êtres vivants dans l’univers ? C’est peut-être l’une des plus grandes interrogations de l’Histoire de l’humanité. Pour l’instant, notre planète fait figure d’exception, mais existe-t-il une autre forme de vie ailleurs dans l’Univers ?

Si tel était le cas, les répercutions physiques, biologiques, mais également philosophiques seraient énormes. Seth Shostak, astronome à l’Institut de Recherche pour l’Intelligence Extraterrestre (SETI), soupçonne de son côté que sept mondes (Terre mise à part) présents dans notre système pourraient abriter une vie microbienne.

Sur Mars, pour commencer

Mars est-elle habitée ou bien l’a-t-elle été un jour ? Le mystère reste entier, mais les recherches continuent. Les nouvelles données recueillies par le rover Curiosity suggèrent une possible activité hydrothermale sous le cratère Gale, un cratère d’impact d’environ 155 kilomètres de diamètre reconnaissable à son imposant monticule central, le mont Sharp haut de plus de 5 000 m au-dessus de la plaine du fond du cratère. Des concentrations de zinc et de germanium dans les roches sédimentaires ont en effet été décelées il y a quelques semaines par le rover, suggérant un environnement possiblement habitable pour une vie microbienne.

Les lunes de Jupiter : Europe, Ganymède et Callisto

Sixième plus grosse lune du Système solaire, la surface d’Europe est composée de glace (c’est d’ailleurs la plus lisse de tout le Système solaire). Bien que sa température soit au maximum de −150 °C, on suppose qu’un océan liquide d’environ 90 kilomètres de profondeur se trouve en dessous. De plus, des geysers d’eau ont été détectés à sa surface. Ces éléments laissent à penser qu’Europe pourrait être habitable par certains organismes. Une hypothétique vie pourrait également se développer sous la surface de Ganymède, la plus grande lune du Système solaire où il existerait un vaste océan d’eau salé. De son côté, Callisto est composée approximativement à parts égales de roche et de glaces. Des recherches menées par la sonde Galileo ont révélé que la lune pourrait posséder un petit noyau composé de silicates, ainsi qu’un océan d’eau liquide à plus de cent kilomètres sous la surface qui serait susceptible d’accueillir la vie extraterrestre. Mais est-ce vraiment le cas ?

Pour tenter de répondre à ces questions, plusieurs missions sont imaginées. L’Agence spatiale européenne développe Juice, une sonde qui doit aller étudier Callisto et Europe avant de terminer sa mission autour de Ganymède. Son lancement est prévu en 2022 et la sonde devrait atteindre Jupiter en 2030. De son côté, la NASA devrait se concentrer sur Europe. Le lancement de la sonde Europa Clipper (à destination d’Europe donc) est prévu pour 2020.

Les lunes de Saturne : Titan et Encelade

Le 15 septembre dernier, Cassini se désintégrait dans l’atmosphère de Saturne en prenant soin d’éviter de contaminer ses deux lunes les plus prometteuses que sont Encelade et Titan. On soupçonne en effet que ces deux mondes ont un océan souterrain susceptible d’abriter la vie. C’est du moins ce que suggèrent les données relevées par la sonde au cours de ces nombreuses années en orbite. « Nous devons protéger ces corps pour une exploration future », déclarait il y a quelques jours Jim Green, responsable du programme scientifique planétaire de la NASA lors du suicide programmé de Cassini.

Et enfin Pluton

Pluton cacherait en son cœur un vaste océan liquide. Steven Vance, astrobiologiste et géophysicien de la NASA, expliquait il y a peu que l’océan de Pluton contenait probablement des « alcools » (méthanol, éthanol), des hydrocarbures (méthane, éthane) et des molécules plus complexes fabriquées à partir de carbone, d’azote, d’hydrogène et d’oxygène en abondance sur la planète naine. Ces produits chimiques pourraient agir comme un antigel rendant ainsi les eaux glaciales en surface plus fondantes à l’intérieur. Concrètement, ces composants pourraient servir de base au développement de la vie.

Source

Système Solaire : les 7 endroits susceptibles d’abriter une vie microbienne
noté 5 - 2 vote[s]