in

Un système ingénieux permet de produire de l’eau en roulant avec son vélo

Capture vidéo

Un système ingénieux qui se place sur un vélo vient d’être présenté et ce système pourrait permettre aux cyclistes de ne jamais manquer d’eau. Ce prototype de gourde auto-remplissante a pour particularité de pouvoir extraire l’humidité de l’air et de la condenser pour en faire de l’eau potable.

Inventé par le designer autrichien Kristof Retezár, ce système se nomme Fontus. Ce dispositif, placé sur le vélo, récupère l’humidité de l’air qui se condense avant de se liquéfier dans un petit réservoir. Ce système marche à l’énergie solaire. En effet, le dispositif fonctionne comme un condensateur alimenté par du courant issu de cellules photovoltaïques. Son enveloppe est constituée d’une surface hydrophobe qui oblige l’eau à se diriger vers un réservoir. Des panneaux solaires génèrent l’électricité nécessaire pour refroidir la chambre supérieure de l’appareil, tandis que le bas se réchauffe.

Le vélo avançant, l’air est aspiré à l’intérieur, puis ralenti et refroidi à mesure qu’il se déplace à travers la chambre supérieure. L’humidité de l’air se condense ensuite en eau et coule dans un flacon. Selon le designer, lorsque le vélo est utilisé dans les conditions optimales d’utilisation qui sont à une température avoisinant les 20 °C et dans une atmosphère avec une humidité particulièrement importante, environ 50 % d’humidité, le système pourrait ainsi générer jusqu’à un demi-litre d’eau par heure.

Le prototype du Fontus comprend un filtre qui permet d’éviter que les insectes ou les grosses poussières ne pénètrent dans le mécanisme, cependant l’air n’est pas filtré. Aussi, des poussières plus fines peuvent pénétrer dans le système et se mêler à l’eau. Il est donc recommandé de ne pas utiliser ce système dans une zone où l’atmosphère est particulièrement polluée, en ville par exemple. Pour les habitants des villes qui souhaiteraient pouvoir bénéficier de ce produit, une version devrait sortir prochainement, équipée d’un filtre à charbon qui aura pour but de réduire la concentration en contaminants transmis dans la gourde. Une autre version verra également le jour et qui sera complétée par un dispositif qui permettra à l’air de rentrer dans le système sans avoir besoin de pédaler.

Ce vélo est vu comme une solution dans les pays ayant peu d’eau. En effet, il pourrait permettre de fournir un approvisionnement régulier en eau dans les pays ayant peu de réserves d’eau souterraines et possédant une humidité particulièrement importante dans l’air.

Ce projet a été nommé au James Dyson Award en 2014, un prix scientifique qui récompense des innovations, et bénéficie également du soutien du gouvernement autrichien. De plus, une campagne de financement participatif devrait être lancée début 2016 et les premiers exemplaires pourraient être commercialisés avant la fin de l’année. Le prix du dispositif devrait se trouver entre 20 et 50 €.

Sources : sciences&avenir ; huffingtonpost