in

Syndrome des ovaires polykystiques : symptômes et traitement

Crédits : Wikimedia Commons / Manu5

Le syndrome des ovaires polykystiques est le trouble hormonal le plus fréquent chez les personnes en âge de procréer. C’est également l’une des principales causes d’infertilité chez les femmes, selon l’American College of Obstetricians and Gynecologists. Mais quels sont les symptômes ? Et existe-t-il des traitements ?

La maladie est nommée ainsi en raison des multiples kystes qui tapissent le bord externe des ovaires. Ce ne sont en réalité pas vraiment des kystes, mais de petits follicules d’ovules non développés qui peuvent empêcher une femme d’ovuler chaque mois. Mais les symptômes s’étendent au-delà des ovaires, mettant en péril la santé physique et émotionnelle des femmes concernées. Bien que la cause exacte de cette affection soit inconnue, on pense que la résistance à l’insuline – soit l’incapacité du corps à utiliser efficacement l’insuline, une hormone qui régule la glycémie – joue un rôle de premier plan. Une autre cause possible est un excès d’hormones mâles, ou androgènes. La génétique peut également être un facteur de risque : la maladie a en effet tendance à se développer chez une femme dont la mère ou la sœur ont déjà été touchées.

Les symptômes peuvent apparaître n’importe quand pendant la vie d’une femme, commençant autour de la puberté jusqu’après la ménopause. Mais beaucoup d’entre elles découvrent souvent qu’elles ont la maladie dans la vingtaine ou la trentaine, lorsqu’elles ont du mal à devenir enceintes. Il existe alors variations physiques à la maladie, mais pour diagnostiquer un syndrome des ovaires polykystiques, une femme doit éprouver au moins deux des trois principaux symptômes décrits ci-dessous.

  • Des cycles menstruels irréguliers : avoir moins de neuf fois ses règles par année ou avoir des menstruations imprévisibles.
  • Des niveaux d’hormones mâles (androgènes) supérieurs à la normale. Cela se traduit par de l’hirsutisme, qui est une augmentation de la croissance des cheveux sur le visage, la poitrine, le ventre, les pouces ou les orteils.
  • De petites collections de follicules non développés (une échographie vous le dira).

Pour diagnostiquer la maladie, plusieurs tests sont nécessaires :

  • Examen physique : pression artérielle, tour de taille et indice de masse corporelle (IMC). Des zones de croissance excessive des cheveux sont également notées.
  • Examen pelvien : des ovaires élargis ou enflés peuvent indiquer de nombreux petits kystes.
  • Analyses sanguines : Les taux d’androgènes et de glucose sont vérifiés.
  • Échographie vaginale : Une baguette sonagramme, qui utilise des ondes sonores pour produire des images de la région pelvienne, est placée dans le vagin. Ce test est fait pour regarder la taille des ovaires. La muqueuse utérine sera également vérifiée.

Notons que le syndrome affecte plus que les ovaires d’une femme et sa fertilité. D’autres complications peuvent inclure :

  • Un diabète de type 2 : Plus de la moitié des femmes atteintes du syndrome développent un diabète à l’âge de 40 ans.
  • Un taux élevé de « mauvais cholestérol » et un faible taux de bon cholestérol, ce qui peut augmenter le risque de maladies cardiaques
  • Une hypertension artérielle pouvant affecter le cœur, le cerveau et les reins
  • Des niveaux élevés de protéine C-réactive, qui peuvent indiquer une maladie cardiovasculaire
  • Le syndrome métabolique, un groupe de facteurs de risque pour les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux et le diabète, est deux fois plus fréquent chez les personnes atteintes du syndrome que la population générale.
  • Une apnée du sommeil : des pauses respiratoires pendant le sommeil qui peuvent augmenter le risque de maladie cardiaque et de diabète de type 2
  • Un cancer de la muqueuse utérine, plus connu comme le cancer de l’endomètre

Notons enfin qu’il est pratiquement impossible de traiter tous les symptômes à la fois. Les médecins concentrent généralement un traitement sur le symptôme le plus préoccupant. En plus des changements de style de vie, tels que manger sainement et faire de l’exercice régulièrement, ce qui peut favoriser la perte de poids et réduire d’autres symptômes, certains médicaments – y compris l’insuline – peuvent également être prescrits pour réguler les niveaux d’hormones.

Source