in

Le syndrome du « cœur brisé », une véritable maladie

Crédits : geralt / Pixabay

Une étude mondiale impulsée par des cardiologues suisses constitue la plus grande recherche à propos de cette maladie méconnue, mais bien réelle.

Le syndrome du « cœur brisé » est une vraie maladie : la cardiomyopathie. Elle est généralement causée par un stress physique et émotionnel touchant la plupart du temps les femmes atteintes de ménopause. Ce syndrome, ayant les mêmes effets qu’un infarctus du myocarde, avait été décrit pour la toute première fois dans les années 1990 par des chercheurs japonais : le Syndrome de Takotsubo (蛸壺 — piège à pieuvre).

Deux cardiologues de l’Hôpital universitaire de Zurich ont réuni une équipe de 26 chercheurs pour cette étude dont les résultats ont été publiés dans le New England Journal of Medicine.

L’équipe de chercheurs a analysé les données relatives à 1750 patients entre 1998 et 2014, un travail d’une ampleur inégalée sur le sujet, qui a permis de comprendre de manière précise l’évolution de la maladie et identifier les problèmes psychiatriques et neurologiques qui pourraient en être la cause.

Les résultats ont permis de savoir que le risque de mortalité de la cardiomyopathie (3,7 %) est pratiquement le même que celui des crises cardiaques (5,3 %), alors que le contraire était pensé jusqu’à présent. Dans 27,7 % des cas, un choc émotionnel issu d’une déception amoureuse ou la perte d’un proche est un élément déclencheur. Enfin, le facteur déclencheur le plus observé n’a rien d’émotionnel : dans 36 % des cas, une intervention chirurgicale récente ou une insuffisance respiratoire aigüe serait la cause du syndrome du « cœur brisé ».

Sources : RTS InfoMetronews