in

Surprise : De l’eau liquide a coulé sur l’astéroïde Vesta

Crédits : NASA/JPL-Caltech/UCLA/MPS/DLR/IDA

De l’eau liquide a récemment coulé à la surface de l’astéroïde Vesta. Une surprise dévoilée par les photographies prises du gigantesque astéroïde par la sonde Dawn. Pourquoi surprise ? Parce que Vesta est dépourvu d’atmosphère.

Vesta est le deuxième plus gros astéroïde de la ceinture située entre Mars et Jupiter avec un diamètre de 530 km. Observé par la sonde Dawn entre 2011 et 2013, des photographies nous révèlent que de l’eau liquide a récemment coulé à sa surface.

Vesta étant dépourvu d’atmosphère, les chercheurs pensaient jusqu’ici que toute eau liquide présente à la surface ne pouvait que s’évaporer instantanément. Qui plus est, la surface de Vesta est très froide, ce qui rend encore plus improbable la présence d’eau sous forme liquide à sa surface.

Mais les clichés de Dawn ne mentent pas : il existe bel et bien des ravines à la surface de Vesta, qui témoignent d’anciens écoulements d’eau (certaines mesurant plusieurs centaines de mètres). Elles ont été repérées au sein d’un petit nombre de cratères formés il y a quelques centaines de millions d’années (très récemment donc, à l’échelle astronomique).

NASA/JPL-Caltech/UCLA/MPS/DLR/IDA
Crédits : NASA/JPL-Caltech/UCLA/MPS/DLR/IDA

Mais alors, d’où vient-elle cette eau ?

Selon les scientifiques de l’Université de Californie, en charge des analyses, cette eau liquide pourrait avoir été produite lors de la formation des cratères où ont été repérées les ravines. Selon eux, des plaques de glace seraient présentes sous la surface de Vesta, lesquelles auraient fondu lors des impacts ayant formé ces cratères, du fait de la chaleur produite par ces chocs. L’eau liquide issue de la fonte brutale de ces plaques de glace aurait alors été projetée contre les parois des cratères, produisant ainsi les ravines observées.

Les clichés rendus par Dawn suggèrent donc que de l’eau liquide peut bel et bien exister à la surface de petits corps célestes. Un processus que l’on pensait jusqu’ici propre aux planètes.

Source : jpl.nasa.gov

– Crédits photo : NASA/JPL-Caltech/UCLA/MPS/DLR/IDA