in

Sur cette planète infernale, une année dure moins d’une journée sur Terre

Crédits : Université de Warwick

Une équipe d’astronomes annonce la découverte d’une planète évoluant si près de son étoile qu’elle pourrait bientôt se faire engloutir.

Les « Jupiter chauds » sont des planètes gazeuse de masse équivalente ou supérieure à celle de Jupiter, dans notre propre système, dont la température dépasse les 1 000 kelvins (un peu plus de 700°C). Ces mondes évoluent généralement très près de leur étoile, c’est pourquoi il y fait si chaud.

Nous avons découvert une centaine de ces planètes dans la Galaxie. Et jusqu’à présent, sur cet échantillon, seules sept présentaient une période orbitale inférieure à un jour. Ce type de monde qui « flirte » véritablement avec leur étoile est donc très rare. D’où l’intérêt de cette nouvelle découverte.

Une orbite complète en 18 heures

Pour ces travaux, les chercheurs de l’Université de Warwick (Royaume-Uni) se sont appuyés sur l’Observatoire du Cerro Paranal, au Chili. Dans le cadre de la Next-Generation Transit Survey (NGTS), ils ont été surpris de constater des baisses très fréquentes et régulières de luminosité d’une étoile située à environ 1 000 années-lumière.

Ces résultats témoignent le plus souvent du passage d’une planète évoluant très proche de son hôte. Après examen des données, ils ont effectivement découvert que le coupable n’était autre qu’un Jupiter chaud, qu’ils ont nommé NGTS-10b. Cette planète, dont la température de surface avoisine les 1 000 °C, fait le tour de son étoile en seulement 18 heures !

Autrement dit, une année sur cette planète dure moins d’une journée sur Terre. C’est à ce jour la période orbitale la plus courte jamais observée pour ce type de planète. À titre de comparaison, si NGTS-10b était placée dans notre système, elle serait 27 fois plus proche du Soleil que ne l’est Mercure.

« Nous sommes ravis d’annoncer la découverte de NGTS-10b, une planète de type Jupiter avec une période extrêmement courte en orbite autour d’une étoile pas si différente de notre Soleil », a déclaré James McCormac, principal auteur de l’étude. Ladite étoile, peut-on lire, fait environ 70% la taille du Soleil. Elle est également légèrement plus fraîche d’environ 1 000 °C.

planète
Vue d’artiste montrant une exoplanète de type Jupiter chaud en orbite autour de son étoile. Crédits : NASA / CALTECH

Une planète bientôt détruite

Les chercheurs pensent que ce type de planète se forme à l’extérieur de leur système. Elles se rapprochent ensuite au gré des interactions avec le disque protoplanétaire encore présent, ou avec d’autres planètes, des millions d’années plus tard.

Au final, il est prévu que ces planètes migrent si près de leur étoile qu’elles se retrouvent déchiquetées par les forces de marée. Et, semble-t-il, NGTS-10b n’est pas très loin de ce point de non-retour.

Autrement dit, il est probable que cette planète soit prochainement détruite, consommée par son étoile. C’est pourquoi les chercheurs ont eu beaucoup de chance de pouvoir la localiser.

Source

Articles liés :

Cheops : le chasseur d’exoplanètes a pris ses premières images

Il y aurait une autre planète autour de Proxima Centauri

Découverte d’une planète de taille terrestre dans la zone habitable de son étoile