in ,

Sur Android, les stalkerwares sont aussi une menace pour les “fouineurs” eux-mêmes !

Crédits : SteveMcsweeny / iStock

Récemment, une société de cybersécurité a pointé un phénomène inquiétant en expansion. Non seulement les stalkerwares représentent aujourd’hui une menace pour les espions, mais ils impactent également encore et toujours plus les victimes.

Un phénomène en expansion

Tout d’abord, rappelons ce qu’est un stalkerware. Il s’agit d’un logiciel espion (ou de surveillance) que l’on utilise à des fins de cyberharcèlement. Le logiciel en question s’installe sur l’appareil de la victime et permet ensuite une foule de possibilités. Le “fouineur” a en effet accès aux images de la victime, ses conversations, sa localisation ou encore son historique de navigation. En plein boom depuis quelques dernières années, ce phénomène concerne souvent des membres d’une même famille ou des personnes évoluant dans le même cadre professionnel. En 2019, Kaspersky avait estimé une hausse du phénomène de 35 % par rapport à 2018.

Dans une publication du 17 mai 2021, la société de cybersécurité ESET a dévoilé une étude concernant les stalkerwares. Après avoir analysé manuellement 86 services disponibles sur Android, les experts ont décelé pas moins de 158 problèmes de sécurité et de confidentialité. Or, ces problèmes peuvent potentiellement permettre à un espion de prendre le contrôle de l’appareil d’une victime à distance.

smartphone téléphone
Crédits : GoodFreePhotos

Les espions s’exposent aussi

La société ESET explique que l’étude devrait faire office d’avertissement à destination des clients potentiels des logiciels de harcèlement. L’objectif ? Faire en sorte que ceux-ci reconsidèrent l’utilisation des stalkerwares contre leur entourage. Prenant visiblement une posture pédagogique, ESET indique qu’utiliser ces logiciels est contraire à l’éthique. Cependant, l’entourage est surtout en proie à une fuite d’informations privées, des cyberattaques ainsi que des fraudes en tout genre.

Néanmoins, ESET a mis en exergue un autre point beaucoup plus surprenant. En effet, les espions s’exposent eux-mêmes et pourraient devenir à leur tour des victimes. Du fait qu’il peut exister une relation entre l’espion et sa victime, les données de ce même espion peuvent donc fuiter. Les experts ont affirmé qu’au cours de leurs recherches, ils avaient découvert quelque chose de crucial. Certains logiciels conservent des informations sur les fouineurs, et ce même après que ces derniers aient demandé la suppression de leurs données utilisateur.

Enfin, les stalkerwares incarnent une menace de plus en plus présente au fil du temps. En 2019, une dizaine d’organisations avaient décidé de sceller une union face à ces logiciels de surveillance. Parmi ces organisations, nous retrouvons différents sociétés de cybersécurité comme Norton,  Kaspersky et Avast ainsi que des associations d’aide aux victimes de violences domestiques. Évoquons enfin la création d’une plateforme d’information aux victimes : stopstalkerware.org.