in

Une super-bactérie se propage plus rapidement et sournoisement que prévu

Crédits : Pixabay / geralt

Des chercheurs américains affirment qu’une super-bactérie résistante aux antibiotiques étiquetée « bactérie du cauchemar » se propage plus rapidement et plus sournoisement dans les hôpitaux américains qu’on ne le pensait.

Aux États-Unis, les bactéries résistantes aux carbapénèmes entérobactéries (CRE) infectent environ 9 300 personnes par an et tuent environ 600 d’entre elles. Mais le constat pourrait être beaucoup plus alarmant. Des chercheurs du Broad Institute du MIT et de Harvard pensent pensent en effet que ces bactéries pourraient aujourd’hui se propager beaucoup plus rapidement en se transmettant de personne à personne asymptomatique, ce qui explique pourquoi les médecins sont souvent bien incapables de les déceler.

« Nous avons jusqu’à présent mis l’accent sur le traitement des patients malades souffrants d’infections liées à la CRE, mais ces nouveaux résultats suggèrent que celle-ci se propage au-delà des cas évidents de maladie », a déclaré William Hanag de l’Université d’Harvard. La CRE regroupe une classe de bactéries résistantes non seulement aux antibiotiques, mais qui sont aujourd’hui aussi capables de résister aux carbapénèmes, ces médicaments de dernier recours qui sont administrés après échecs de tous les autres antibiotiques.

Quand elles ne sont pas réceptives aux médicaments, ces bactéries peuvent facilement être traitées par des antibiotiques, mais la résistance aux antibiotiques se fait de plus en pus ressentir. Il y a quelques mois, un hôpital de Los Angeles enregistrait d’ailleurs le décès d’une femme de 49 ans souffrant d’une infection urinaire provoquée par une souche mutante de la bactérie E. Coli, résistante à tous types de traitement. Cette dernière, nommée mcr-1 a été très récemment découverte, mais son taux de mortalité pouvant aller jusqu’à 50 % fait d’elle l’une des plus grandes menaces pour la santé publique. Sa présence aux États-Unis était alors considérée comme un signe avant-coureur de l’émergence d’une bactérie résistante à tous les antibiotiques.

Pour comprendre comment cette bactérie s’était diversifiée et diffusée, l’équipe a analysé plus de 250 échantillons provenant de patients hospitalisés dans trois installations (deux situées à Boston et une en Californie). Le but est d’avoir un aperçu de la diversité génétique de la CRE, de définir la fréquence et les caractéristiques des épidémies, de trouver des preuves de souches en cours de transmission à l’intérieur et entre les hôpitaux, et d’apprendre comment la résistance se répand parmi les espèces. Ils ont alors constaté que les populations de CRE étaient beaucoup plus diversifiée qu’on ne le pensait, ce qui signifie que les gènes résistants aux médicaments s’étaient répandus plus rapidement et facilement entre les souches que prévu. Ainsi les chercheurs demandent une surveillance génomique accrue au sein des établissements de santé de cette bactérie potentiellement dangereuse.

Source