Suisse : découverte d’une pointe de flèche taillée dans un métal extraterrestre

pointe flèche météorite
Crédits : Thomas Schüpbach/Journal of Archaeological Science

Une équipe de chercheurs annonce avoir identifié plusieurs pointes de flèche autour du lac de Bienne, en Suisse, dont l’une serait taillée dans un fer météoritique. En analysant la composition de ce métal, ils ont également relié cette pointe de flèche à sa météorite parente.

Avant le début de la fusion du métal à partir de minerais d’oxyde, les humains qui voulaient fabriquer des objets à base de métal ne pouvaient compter que sur le fer météoritique qui n’était disponible que très rarement. L’utilisation de ce métal pour la fabrication d’objets à l’époque préâge du fer en Eurasie et en Afrique du Nord est connue à partir de divers complexes trouvés en Turquie, en Grèce, en Syrie, en Irak, au Liban, en Égypte, en Iran, en Russie et en Chine. On dénombre dans ces régions 54 objets individuels connus.

Les découvertes d’artefacts météoritiques en fer en Europe centrale et occidentale sont en revanche beaucoup plus rares. Elles se limitaient jusqu’à présent à deux sites en Pologne (les deux bracelets de Czestochowa-Rakowa et la hache de Wietrzno), d’où l’intérêt de cette nouvelle découverte.

Une pointe de flèche en métal extraterrestre

Dans le cadre d’une campagne de fouille, des archéologues sont en effet récemment tombés sur une pointe de flèche particulière autour du lac de Bienne. Pesant 2,9 g et mesurant 39,3 mm de longueur, cet artefact découvert dans les ruines d’une ancienne habitation de l’âge du bronze de Mörigen est daté de 900 et 800 avant notre ère.

La nature météoritique du fer a été confirmée par la présence d’isotopes de l’aluminium 26 qui ne sont présents que dans les objets provenant d’au-delà de l’atmosphère terrestre. La présence d’un alliage particulier de fer et de nickel qui n’existe que dans les météorites, a également confirmé sa nature extraterrestre.

En outre, les chercheurs ont identifié des résidus laissés par un ancien adhésif (probablement du goudron de bouleau), laissant à penser que cette pointe était reliée à une flèche ou, moins probable, à une lance. On ignore cependant si l’arme était utilisée pour la chasse ou au combat.

pointe flèche météorite
Une habitation typique de l’âge de bronze. Crédits : TT/iStock

De quelle origine est cet objet ?

Le 30 avril 1984, une météorite avait traversé l’atmosphère terrestre pour finir sa course dans la région de Twannberg, à moins de 8 km du site de cette nouvelle découverte. L’impact avait provoqué une explosion et généré un cratère d’impact d’environ trente mètres de diamètre et dix mètres de profondeur. La proximité des deux sites a donc laissé les chercheurs à penser que cette pointe pouvait avoir été forgée à partir d’un morceau de cette météorite. Cependant, il est ressorti de l’analyse de la relique que les concentrations de nickel et de germanium ne correspondaient pas.

Après une inspection plus approfondie, les chercheurs ont déterminé que l’arme avait été forgée à partir d’un type de roche spatiale appelée météorite IAB. La composition minérale suggère également que l’objet céleste avait une masse préatmosphérique d’au moins deux tonnes.

Sur la base de ces indices, l’équipe a retenu trois météorites candidates avec des compositions chimiques similaires : Bohumilitz (République tchèque), Retuerte de Bullaque (Espagne) et Kaalijarv (Estonie). Or, parmi elles, seule la météorite de Kaalijarv aurait touché terre durant l’âge du bronze (entre 1870 et 1440 avant notre ère), ce qui en fait la candidate la plus probable pour la source de la pointe de flèche.

Pour les auteurs de ces travaux publiés dans le Journal of Archaeological Science, étant donné que Mörigen se trouve à environ 1 600 km de Kaalijarv, cette nouvelle découverte démontre ainsi que les météorites de fer ont été utilisées et commercialisées vers 800 avant notre ère (ou avant) en Europe centrale.