in

La Suède, nouvelle « porte d’entrée vers l’espace » de l’Europe

suède port spatial
Crédits : ESA/ESRANGE/Lars Thulin)

En 2020, la Suède s’était engagée à investir 90 millions de couronnes (9,5 millions d’euros) au cours des trois années suivantes pour moderniser le centre spatial d’Esrange afin d’accueillir des lancements de petits satellites. Les premières fusées orbitales décolleront cette année. L’installation permettra par ailleurs à l’Agence spatiale européenne (ESA) d’effectuer des lancements depuis le continent.

Esrange est une base de lancement de ballons et de fusées-sondes créée par le Conseil européen de recherches spatiales et mise en service dans les années 60. Vous la retrouverez dans la commune de Jukkasjärvi, dans le nord de la Suède, à environ 200 km au nord du cercle polaire arctique.

La base avait été imaginée pendant l’Année Géophysique Internationale (1957-58) au cours de laquelle plusieurs pays avaient déployé conjointement un effort particulier dans plusieurs disciplines des sciences de la Terre. Cette période est également à l’origine du lancement de satellites spatiaux comme Spoutnik (URSS) et Explorer 1 (États-Unis). Dans le même temps, l’objectif était de s’éloigner de l’utilisation de fusées-sondes à des fins militaires.

La Suède, également à l’origine de l’observatoire géophysique de Kiruna concentré sur les études de l’atmosphère terrestre, avait alors utilisé ce port spatial comme monnaie d’échange pour rejoindre un groupe ayant précédé de l’ESA, connu sous le nom d’Organisation européenne de recherche spatiale, dont l’adhésion avait été ratifiée en 1964. Les premières fusées-sondes avaient ensuite commencé à être lancées deux ans plus tard, dès 1966.

suède port spatial Esrange
Lancement d’une fusée-sonde VSB-30. Crédits : DLR, CC-BY 3.0

Enfin des lancements orbitaux

Cela étant dit, après près de soixante ans d’opérations, d’autres missions se profilent désormais à l’horizon avec de nouvelles installations permettant les décollages de fusées pour des lancements de satellites. Ces premiers lancements orbitaux s’envoleront du port spatial dès cette année.

« Le port spatial Esrange est un atout essentiel qui renforcera la capacité de lancement de l’Europe, améliorera notre compétitivité et continuera de garantir l’accès européen à l’espace« , a déclaré Josef Aschbacher, directeur général de l’ESA. Rappelons que pour le moment, les fusées européennes décollent principalement de la Guyane française.

Cette nouvelle installation s’ajoutera à un groupe d’activités spatiales commerciales européennes en concurrence pour l’accès à l’espace à travers le continent. Des entreprises comme Skyrora, Orbex, Astra et Isar Aerospace visent en effet des lancements prochains depuis le nord de l’Écosse, le Pays de Galles, l’Allemagne, le Portugal, la Norvège, l’Espagne ou encore les îles Shetland. Plus récemment, Virgin Orbit avait de son côté échoué lors de sa tentative depuis le sol britannique, mais ce n’est que partie remise.

Notez que les lancements orbitaux ne seront qu’une partie de l’activité spatiale prévue dans la région cette année. L’ESA prévoit en effet d’héberger des tests de fusées réutilisables dans le cadre de son programme Themis, dirigé par ArianeGroup, tandis que les lancements suborbitaux constitueront toujours une partie importante de l’héritage d’Esrange.

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.