in

Des substances toxiques sont présentes dans certaines fournitures scolaires

Crédits : choness / iStock

En France, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) a réalisé une expertise concernant les fournitures scolaires. Or, les résultats font état de la présence de plusieurs familles de substances chimiques dangereuses dans lesdites fournitures.

De nombreuses substances chimiques

Chaque année, le branle-bas de combat autour des fournitures scolaires est une sorte de tradition. Toutefois, les parents se doutent-ils que certains de ces objets utiles à l’école et à la maison contiennent des substances toxiques ? Certainement pas. Dans un communiqué du 7 juillet 2022. l’ANSES a pourtant détaillé une expertise effectuée sur de nombreuses fournitures : stylos, colles, crayons, correcteurs et cahiers entre autres.

Selon l’ANSES, les substances chimiques les plus souvent retrouvées sont les phtalates, le benzène, les nitrosamites, le bisphénol A, les colorants, les perfluorés (PFAS), les métaux lourds (cadmium, nickel, etc.), les composés organiques volatils (COV), les isothiazolinones, les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) ainsi que les substances parfumantes

Les fournitures sont présentes à l’école, mais aussi à la maison et au bureau. L’ANSES estime donc qu’il faut mieux encadrer la présence de certaines substances qui pourraient nuire à la santé des consommateurs. C’est particulièrement le cas du côté des enfants qui ont davantage tendance à mettre ces objets à la bouche. Or, il faut savoir que ni la France ni aucun autre pays européen n’a pour l’heure pensé à établir une réglementation spécifique pour les fournitures scolaires et de bureau.

fournitures scolaires
Crédits : Anna Kim / iStock

Du changement dans un avenir proche

Par rapport à leur usage, certaines fournitures telles que les crayons de couleur, peintures et autres feutres sont considérées comme des jouets d’après la loi sur la sécurité des jouets (n°2009/48/CE). Ainsi, ces objets tombent sous l’interdiction des substances cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction (CMR) pour leur fabrication. L’ANSES voudrait donc élargir cette interdiction à toutes les fournitures scolaires.

Cette mesure devrait limiter, voire supprimer la présence de certaines substances préoccupantes telles que les phtalates, les substances parfumantes, certains métaux ainsi que les HAP. Dans un premier temps, l’ANSES demande aux fabricants de supprimer certaines substances parfumantes (ou familles de substances) indépendamment des évolutions réglementaires et de prévoir certains comportements prévisibles comme le « mâchouillage ».

L’ANSES souligne également qu’il est très important de régulièrement mener des actions de surveillance des produits présents sur le marché afin de s’assurer que les fabricants respectent la réglementation en vigueur. Il est même possiblement question d’essais plus poussés, notamment concernant la composition des fournitures et leur capacité de transfert.