in

Ce submersible pourrait un jour explorer des océans extraterrestres recouverts de glace

nanoAUV submersible océans Encelade Europe
Crédits : MARUM – Centre des sciences de l'environnement marin, Université de Brême

Plusieurs lunes du système solaire sont connues pour abriter des océans nichés sous plusieurs kilomètres de glace. Un projet en développement vise à envoyer un submersible sur place pour y chercher la vie.

Explorer les océans extraterrestres

Nous savons depuis plusieurs années qu’il existe des océans d’eau liquide sous les couches de glace d’Encelade et d’Europe, qui sont respectivement des lunes de Saturne et de Jupiter. Ces découvertes sont importantes, car elles soulèvent la possibilité que la vie telle que nous la connaissons puissent évoluer dans ces régions considérées autrefois comme inhospitalières dans le système solaire.

Le seul moyen d’en avoir le coeur net est de se rendre sur place au moyen d’une sonde, d’un atterrisseur et d’un submersible capable de transpercer plusieurs kilomètres de glace avant de se déployer. Cependant, une telle mission représente un énorme défi. Comment pénétrer une telle croûte de glace ? Quels types de capteurs scientifiques seraient-ils nécessaires pour confirmer la présence de vie ? Comment récupérer des échantillons ? Comment réaliser tout cela sans contaminer un écosystème encore inconnu ?

Un petit submersible bientôt en phase de test

Le projet TRIPLE-nanoAUV 2, fruit d’une collaboration coordonnée par le Centre MARUM (Zentrum für MARine UMweltwissenschaften) pour les sciences de l’environnement marin à l’Université de Brême (Allemagne), vise avant tout à relever les défis techniques.

Dans le cadre de ces travaux, les chercheurs préparent le développement d’un engin en forme de torpille mesurant environ 50 cm de long sur 10 cm de large équipé d’ailes repliées. L’objectif serait de permettre à ce véhicule de se frayer un chemin à travers la glace au moyen d’une sonde thermique reliée à un atterrisseur en surface.

Une fois libéré de la sonde, le nanoAUV pourrait alors explorer de manière autonome les environs de l’océan, capturant des données via des caméras et plusieurs autres capteurs. Il pourrait également retourner vers la sonde en suspension de temps en temps dans le but de transmettre les données collectées jusqu’à l’atterrisseur ou pour recharger ses batteries.

nanoAUV submersible océans Encelade Europe
L’illustration montre le fonctionnement de la station, de la sonde de fusion et du nanoAUV. Crédits : MARUM – Centre des sciences de l’environnement marin, Université de Brême

Il est dans un premier temps prévu que le système soit testé sous la plate-forme de glace de l’Antarctique, près de la station Neumayer III, au printemps 2026. L’engin encapsulé devra traverser pas moins de 4 000 mètres de glace afin d’explorer les lacs sous-glaciaires gisant en dessous. En plus de tester la technologie, ce type de mission revêt également un intérêt scientifique immédiat. On pense en effet que ces plans d’eau sont susceptibles d’abriter des écosystèmes encore inconnus.