in

Les sublimes restes d’une supernovae photographiés par Hubble

Credit: ESA/Hubble & NASA, Y. Chu

Il y a des milliers d’années, à 160 000 années-lumière de la Terre, une naine blanche située dans le grand nuage de Magellan a fini sa vie dans une explosion spectaculaire, dont les restes formèrent des filaments rougeâtres et délicats. DEM L71 est le nom de code pour nommer cette supernovae. Le scénario résultant de l’explosion n’a bien sûr pas échappé aux instruments du télescope historique Hubble qui, grâce à sa Wide Field Camera 3 intégrée, a enrichi son album photo avec cette nouvelle prise.

Dans la Voie Lactée, environ 97% des étoiles avec une masse comprise entre huit et dix fois celle du Soleil finiront en naine blanche, ces étoiles dont la masse est légèrement supérieure à celle du Soleil pour un volume similaire à celui de la Terre. Leur densité est ainsi de l’ordre d’une tonne par centimètre cube, plusieurs dizaines de milliers de fois plus élevées que celle des matériaux observés sur Terre.

Si une naine blanche fait partie d’un système binaire, elle pourra alors siphonner la matière de son étoile compagnon. Engloutissant plus qu’elle ne peut gérer – la naine blanche enflera à environ une fois et demie la taille du Soleil – elle deviendra instable et explosera alors en supernovae, l’un des événements les plus brillants jamais observés dans l’univers.

Ce fut le cas pour le reste de supernova photographiée ici, dont l’explosion stellaire s’est progressivement dispersée en filaments enflammés, récemment capturés par Hubble, avant de nous être dévoilés.

image_4101-DEM-L71
Credit: ESA/Hubble & NASA, Y. Chu

Source