in

Des structures jusqu’alors inconnues observées près d’une étoile

Crédits : ESO

Des astronomes ont récemment étudié un disque de poussière situé autour d’une étoile proche appelée AU Microscopii, et y ont découvert des structures jusqu’alors inconnues.

Située à 32 années-lumière de la Terre, la très jeune étoile AU Microscopii est entourée d’un disque de poussière constitué d’astéroïdes réduits en miettes qui pourraient nous en apprendre davantage sur la formation des planètes.

Pour se faire, les scientifiques ont recherché le moindre signe de structure déformée dans le disque de AU Mic, en utilisant l’instrument Sphere, nouvellement installé sur le VLT (Very Large Telescope), au Chili. Ils ont alors fait une étrange découverte.

« Nos observations ont révélé quelque chose d’inattendu », rapporte Anthony Boccaletti, chercheur au CNRS. « Les images acquises par Sphere laissent apparaître un ensemble de structures inexpliquées au sein du disque. Elles arborent une forme arquée, ou ondulée, bien différente de ce qui a déjà été observé par le passé. »

En effet, sur les nouvelles images figurent cinq arches formant une structure ondulante à différentes distances de l’étoile. Plus étonnant encore, en comparant ces données avec d’anciennes images du disque acquises en 2010 et 2011 par le spectrographe imageur STIS d’Hubble, il est apparu, non seulement que ces structures figuraient déjà sur les images de Hubble, mais également qu’elles se déplaçaient à une vitesse très élevée : 40.000 km/h ! Selon les chercheurs, de telles vitesses excluent l’hypothèse selon laquelle ces structures résulteraient de perturbations causées par des planètes en orbite autour de l’étoile. Un élément inconnu doit donc en être à l’origine.

Vidéo : Les ondulations dans le disque de poussière

« Cette découverte a apporté son lot de surprises », ajoute Carol Grady du Groupement scientifique Euréka. « Et, parce que rien de tel n’a été observé ou prédit par la théorie par le passé, nous ne pouvons que spéculer sur l’occurrence et l’origine du phénomène observé. »

L’équipe ambitionne de continuer à observer le système AU Mic au moyen de Sphere et d’autres instruments parmi lesquels Alma, afin de comprendre les processus à l’œuvre. Pour l’instant, ces étranges structures demeurent un véritable mystère.

Source : Futura-sciences

  • Illustration principale : L’étoile AU Microscopii et son disque de poussière / Crédits : Eso