in

Une startup californienne veut récolter le platine des astéroïdes

Crédits : Nasa/JPL - Caltech

La start-up californienne AstroForge ambitionne d’exploiter les astéroïdes géocroiseurs pour en tirer du platine. Fondée par Matt Gialich et Jose Acain en janvier 2022, cette société vient de lever ses treize premiers millions de dollars. Ces fonds seront utilisés pour embaucher et préparer une mission de démonstration.

De précieux minerais dans l’espace

Les métaux du groupe du platine (MGP) regroupent plusieurs éléments chimiques appartenant à la famille des métaux de transition. Parmi eux figurent le platine, le palladium ou encore le rhénium. Les métaux de ce groupe sont utilisés dans tous les domaines. « Ils réduisent les émissions des véhicules ou sont utilisés dans les médicaments de chimiothérapie et chaque appareil électronique que vous possédez contient un certain nombre de ces éléments« , explique Matt Gialich.

Avec son ami Jose Acain, ils sont les cofondateurs d’AstroForge. La start-up vise à exploiter les précieux minerais extraterrestres. Tous deux sont d’anciens employés de Virgin Orbit et SpaceX/NASA, respectivement. Et ils ne chôment pas. Au cours de ses premiers mois d’existence, AstroForge a en effet levé treize millions de dollars en financement de démarrage, et développé et testé en laboratoire une nouvelle technologie pour le traitement des matériaux d’astéroïdes. La société a également déjà réservé une place à bord d’une fusée Falcon 9 de SpaceX.

« Les treize millions de dollars que nous venons de lever vont nous permettre d’agrandir notre centre de test, d’embaucher plusieurs personnes et de terminer ce premier lancement de démonstration« , poursuit Matt Gialich. « Notre véritable mission est de faire passer l’extraction d’astéroïdes du domaine de la science-fiction au domaine de la réalité« .

AstroForge reste naturellement assez discrète sur ses plans. Selon TechCrunch, ses fondateurs affirment toutefois avoir développé une technique d’extraction d’astéroïdes pouvant mesurer de 20 à 1 500 mètres de diamètre. L’idée ne serait pas d’atterrir dessus, mais de tirer dessus à distance pour collecter les précieux matériaux d’agrégats.

astéroïdes platine
L’astéroïde Bennu photographié par la sonde OSIRIS-REx en décembre 2018. Crédits : NASA/Goddard/Université d’État de l’Arizona

Une mission de démonstration dès l’année prochaine

Au cours de la dernière décennie, d’autres entreprises ont également annoncé des plans audacieux d’extraction d’astéroïdes. La plupart se concentraient sur l’eau qui peut permettre le développement de carburant pour fusée une fois divisée en ses constituants (hydrogène et oxygène), conduisant potentiellement à la création de « stations-service » dans l’espace pour les vaisseaux de passage.

Finalement, aucun de ces projets ne s’est réalisé. AstroForge ne considère pour sa part pas l’eau des astéroïdes comme une cible particulièrement prometteuse. Il n’existe en effet actuellement aucun marché réel pour les dépôts de propulseurs dans l’espace et le vaisseau Starship de SpaceX promet à terme de pouvoir transporter d’énormes quantités d’eau en orbite à moindre coût.

C’est pourquoi la société se concentre sur les métaux du groupe du platine, très demandés ici sur Terre. En outre, leur extraction génère beaucoup de pollution. Ainsi, les extraire des astéroïdes dans l’espace lointain pourrait également apporter une solution climatique.

La start-up entend devenir la toute première société minière d’astéroïdes viable et espère proposer une première mission de démonstration dès 2023. Un cubesat sera alors envoyé dans l’espace pour extraire le platine d’un échantillon mis en orbite au cours du même vol.