in ,

Pourquoi cette start-up veut-elle faire « fondre la Lune » ?

Crédits : Helen_Field / iStock

Aux États-Unis, une société travaille sur une technologie pour déposséder le satellite de la Terre d’une ressource en particulier : le régolithe. Pour beaucoup, cette poussière lunaire a en effet une valeur potentielle énorme. Toutefois, il s’agirait d’utiliser directement sur la Lune les matériaux obtenus.

Exploiter la Lune

Le régolithe est la partie du sol recouvrant la roche-mère et pouvant contenir du matériel meuble, à savoir de la poussière, de la terre et des roches saines. Sur la Lune, le sol est composé de 50 % d’oxygène, le reste se partageant entre le silicium (20 %), l’aluminium (10 %) ainsi que de faibles quantités de titane, de magnésium et de fer. Or, comme l’explique Ars Technica dans un article du 22 janvier 2022, la start-up américaine Lunar Resources désire exploiter le sol lunaire.

En s’inspirant d’une technologie d’extraction de métaux de la NASA, cette société pense pouvoir chauffer le régolithe à très haute température avant d’effectuer une électrolyse. Le but ? Faire apparaître l’oxygène et les métaux listés ci-avant. Selon Lunar Resources, la machine servant au procédé devrait mesurer un mètre de hauteur. Par ailleurs, un rover lunaire de petite taille devrait se charger d’acheminer des boules de régolithe à fondre.

régolithe lune
Crédits : ESA

Un intérêt indéniable

Mais pourquoi la société Lunar Resources s’intéresse-t-elle au régolithe ? Officiellement, il est question de réutiliser les matériaux afin de fabriquer des outils directement sur la Lune. La start-up projette entre autres de fabriquer des systèmes électriques.

Elliot Carol, son PDG, est connu pour avoir fait carrière dans la gestion de fonds spéculatifs avant de s’intéresser à l’industrie spatiale et la Lune. Néanmoins, il n’est pas le seul à avoir jeté son dévolu sur le satellite de la Terre. Rappelons toutefois que la potentielle commercialisation de biens extraterrestres entre en conflit avec le Traité de l’espace de 1966. « Lunar Resources, Inc. est une entreprise industrielle spatiale pionnière dans la fabrication spatiale, l’extraction de ressources hors terre et l’utilisation de ressources in situ […] Notre objectif est de développer et commercialiser des technologies de fabrication et d’extraction de ressources spatiales pour catalyser l’économie spatiale », peut-on lire sur le site Web de la start-up.

En 2018, l’Agence spatiale européenne (ESA) avait déjà montré son intérêt pour le régolithe. Dans le cadre du développement d’une base lunaire permanente, elle a eu l’idée d’imprimer en 3D des bâtiments en régolithe. Les ingénieurs ont ainsi déjà réalisé de prometteuses impressions d’objets (vis, engrenages, etc.) avec un matériau simulant le régolithe. Il faut dire que l’abondance de ce dernier sur la Lune permettrait notamment d’économiser le transport de matériaux de construction depuis la Terre.