in

Cette start-up veut régler à la source le problème des déchets dans les océans

Crédits : Dracénie Provence Verdon agglomération / Facebook

Les eaux pluviales contiennent de nombreux déchets provenant de la ville qui finissent trop souvent dans les cours d’eau, puis les océans. En effet, les systèmes d’assainissement ne concernent pas ces eaux pluviales. Une start-up française porte un projet dont l’objectif est de régler ce problème à l’aide d’un ingénieux dispositif.

Un dispositif pour les « déversoirs »

Les eaux usées domestiques et industrielles sont prises en charge par le réseau d’assainissement. En revanche, les déchets urbains entraînés par les eaux issues des précipitations se trouvent hors de ce circuit. Atterrissant dans les cours d’eau puis dans les mers et océans, ces déchets de toutes sortes sont responsables d’une importante pollution visuelle, mais surtout chimique.

Romain Garcin et Benjamin Blanchard sont les fondateurs de la start-up Vertuoso présentée dans Le Journal des Entreprises le 6 décembre 2021. Cette société fabrique des réceptacles métalliques à positionner au niveau des déversoirs où les cours d’eau se rejoignent avant de se jeter dans la mer. Or, ces déversoirs font office d’entonnoir où s’accumulent tous les déchets. On en compte entre un et cinq par ville.

Comme l’expliquent les deux fondateurs de cette entreprise, l’objectif est à terme d’installer des réceptacles métalliques dans chaque déversoir. Dans un premier temps toutefois, ils analyseront les endroits stratégiques pour réaliser une installation en fonction du réseau d’eau pluviale.

cage reservoir dechets
Crédits : Dracénie Provence Verdon agglomération / Facebook

Une dizaine d’installations contre ces déchets d’ici fin 2022

Les réceptacles en question ont un volume de 16 m² et ont chacun des mailles mesurant entre 5 et 12 mm en fonction de la taille des déchets à retenir. Chaque mois ou après de fortes pluies, les cages sont vidées. L’important est de ne pas attendre que le réservoir soit plein, car cela peut réduire l’efficacité de la filtration des déchets. Pour le duo, leur innovation ne capte pas seulement les déchets urbains, mais également certains déchets organiques (ex. : feuilles mortes) qui agissent comme des aimants pour d’autres polluants.

Pour l’heure, la société Vertuoso a installé une seule cage à Draguignan (Var). Toutefois, des discussions sont en cours avec d’autres communes comme Marseille, Fréjus, Saint-Raphaël ou encore Roquebrune. D’ici la fin d’année 2022, l’objectif à atteindre est l’installation d’une dizaine de réceptacles. Par ailleurs, les responsables du projet ont déclaré travailler sur des partenariats dans le but de valoriser les déchets collectés dans les cages. Par exemple, les plastiques peuvent être pyrolysés afin d’obtenir de la matière première. Citons également les gravats de chantier, pouvant aussi être réutilisés.