in

Le vaisseau Starship de SpaceX pourrait également nettoyer l’espace

Illustration d'un vaisseau Starship qui décolle de la surface lunaire. Crédits : SpaceX

Selon la Présidente de la société, les vaisseaux Starship de SpaceX pourraient aider à nettoyer l’orbite terrestre entre deux missions vers la Lune ou vers Mars. En l’occurrence, il s’agirait de désorbiter certains corps de fusée morts, laissés par les autres.

Le problème des débris spatiaux

L’orbite terrestre est actuellement polluée par plus de 100 millions de débris spatiaux, dont 30 000 mesurent plus de dix centimètres de diamètre. Ces objets, qui filent dans l’espace à plusieurs milliers de km/h, constituent alors une vraie menace pour les satellites et les occupants de l’ISS. Et ce n’est pas fini. Les coûts de développement, de construction et de lancement de satellites sont en baisse et les voies spatiales orbitales de la Terre de plus en plus encombrées. Aussi, les risques de collisions vont se multiplier.

Qu’est-ce qui pourrait nous arriver de pire ? À partir d’un certain seuil, le volume des débris spatiaux en orbite basse pourrait être si important que ces collisions deviendront inévitables. S’en suivrait alors une terrible réaction en chaîne. On appelle ça le “syndrome de Kessler”. Cet effet est d’ailleurs à la base de l’intrigue du film Gravity (2013). Par cet effet, le nombre de débris spatiaux en orbite basse ne cesserait donc de grandir de façon exponentielle, jusqu’au jour où toute cette pollution rendrait l’exploration spatiale impossible. Nous pourrions également dire “au revoir” aux satellites sur lesquels repose toute notre société moderne.

Dans le but de répondre à cette menace, plusieurs solutions sont actuellement imaginées, telles que les manœuvres automatisées de prévention des collisions ou encore des moyens de collecte des déchets spatiaux. Nous savons par exemple que l’ESA propose la capture de satellites grâce à des filets, tandis que la Chine envisage d’utiliser des lasers.

Et si SpaceX donnait aussi un petit coup de main pour nettoyer ? Après tout, la société est l’un des principaux moteurs de cette croissance rapide de la population satellitaire en orbite terrestre.

debris spatiaux
L’orbite terrestre basse est un environnement très encombré. Crédits : Agence Spatiale Européenne (ESA)

Le Starship pour nettoyer l’espace

La présidente et cheffe d’exploitation de la société, Gwynne Shotwell, n’est pas contre. Lors d’une récente interview en ligne avec Time Magazine, publiée le 22 octobre, l’intéressée a en effet souligné l’idée de s’appuyer sur le vaisseau Starship “pour aller vers certains corps de fusée morts, les fusées d’autres personnes, bien sûr. En gros, nous pourrions aller chercher une partie de ces déchets dans l’espace et les ramener sur Terre“.

Le “bien sûr” de cette déclaration est un petit clin d’oeil à la réutilisabilité prévue du Starship qui sera totale.

Le Starship (environ cinquante mètres de haut) représente le futur de SpaceX. Si tout se passe comme prévu, ce vaisseau réutilisable boosté par le lanceur Super Heavy sera en mesure de libérer des satellites, de transporter du fret et des astronautes vers la Lune et vers Mars, mais permettra aussi des voyages ultrarapides “point à point”, ici sur Terre. Sur le papier, que la structure puisse également collecter et désorbiter des charges orbitales gênantes et potentiellement dangereuses ne serait finalement pas si étonnant.

spacex starship
Concept d’artiste du lanceur Starship, boosté par le Super Heavy. Crédits : SpaceX

Côté calendrier, nous savons que SpaceX a récemment déployé le SN8, le premier véritable prototype de Starship. La société pourrait alors bientôt tenter un “saut” à quinze kilomètres d’altitude, avant d’envisager un premier test suborbital à une altitude de 200 km en début d’année prochaine. En 2023, de premiers vols touristiques autour de la lune devraient ensuite avoir lieu. D’après de récentes déclarations d’Elon Musk, SpaceX serait même d’ailleurs en bonne voie pour lancer sa première mission sans équipage vers Mars d’ici 2024.