in

(MAJ) SpaceX identifie la cause du crash du Starship SN11

Crédits : SpaceX

Le prototype Starship SN11 de SpaceX s’est envolé avec succès ce mardi 30 mars sur fond de brume texane. Malheureusement, il a explosé avant de toucher le sol. Les ingénieurs ont finalement identifié la cause de ce crash.

Alors que l’atterrissage réussi du SN10 et son explosion quelques minutes plus tard sont encore dans les mémoires, SpaceX est allé de l’avant avec son nouveau prototype. Le 22 mars dernier, la société opérait déjà le second test d’allumage statique de son SN11. Au cours de cette manoeuvre, les ingénieurs ont remarqué un problème sur l’un des trois moteurs Raptor. Ce dernier a donc dû être retiré pour être réparé.

Pour la suite, SpaceX a tenté et réussi un nouveau test statique ce vendredi 26 mars. Un vol test était finalement attendu ce mardi à Boca Chica, alors que la brume enveloppait encore le pad.

Explosion en vol

Comme prévu, le Starship a décollé. À l’instar de ses prédécesseurs, le SN11 était propulsé par trois des moteurs Raptor. Il s’est également envolé à environ dix kilomètres d’altitude avant de “retomber à plat ventre” vers la Terre, pour finalement se retourner avant l’atterrissage.

Malheureusement, le prototype a explosé avant de toucher le sol. Plusieurs médias (dont nous) avaient alors évoqué l’idée que les ingénieurs de SpaceX pouvaient avoir déclenché les FTS, un dispositif de sécurité capable de détruire une fusée de manière contrôlée en cas de problème pendant le vol. Il n’en était rien.

En réalité, une fuite de CH4 (méthane) petite aurait provoqué “un incendie sur le moteur 2 et une partie de l’avionique, provoquant un démarrage difficile lors de la tentative d’atterrissage dans une turbopompe CH4“, a déclaré Elon Musk viaTwitter. Grossièrement, il y a eu trop de carburant dans la chambre de combustion du moteur 2 et, de fait, la pression était trop élevée – ce qui n’est une bonne chose pour aucun moteur.

Encore une fois, nous ne devons pas voir ce nouvel essai comme un échec. Qu’on se le dise : ce que tente SpaceX est inédit et incroyablement difficile. En attendant, le SN15 est déjà en phase de préparation finale pour être déployé à Starbase (Boca Chica). Ce vaisseau portera de nombreuses modifications qui, espère la société, se traduiront par une amélioration des performances de vol.

Rappelons enfin que SpaceX s’est déjà entendu avec le milliardaire japonais Yusaku Maezawa pour un vol programmé autour de la Lune en 2023, alors même que la société continue d’affiner la conception de son vaisseau (le booster Super Heavy, n’a quant à lui même pas encore entamé ses tests). Dans le cadre de cette mission, baptisée “dearMoon”, huit autres sièges seront distribués au grand public.