in

Starship : quand aura lieu son premier vol orbital ?

Starship
Une illustration du Starship séparé de son booster Super Heavy. Crédit : SpaceX

Le calendrier n’est pas clair, mais le prototype de booster super Heavy 7 pourrait tenter un tir statique complet de ses 33 moteurs Raptor 2 d’ici quelques jours. Avant ou après ce test crucial, SpaceX devrait également installer son prototype Starship 24 au-dessus du booster pour une répétition générale avant le premier vol d’essai orbital de ce nouveau vaisseau. Ce dernier, selon Musk, pourrait avoir lieu très prochainement.

Plusieurs mois de tests

L’énorme fusée de SpaceX se compose d’un booster super heavy au-dessus duquel se dresse un vaisseau Starship. Pour l’heure, la société effectue toujours des tests avec des prototypes. Pour le premier vol orbital de la fusée (au-dessus-de l’atmosphère), SpaceX utilisera les prototypes Super Heavy B7 et Starship 24.

Le Super Heavy B7 a quitté son usine pour la première fois en mars 2022. Depuis, il a enchaîné les tests, réparations et autres mises à niveau. Le booster de 69 mètres de haut pour neuf mètres de large avait en effet été gravement endommagé par deux fois en avril et juillet. Depuis, les derniers tests ont été prudents mais rassurants.

Ce dimanche 8 janvier, SpaceX a ramené sa fusée sur le site de lancement orbital de Starbase pour la septième fois. Selon les déclarations du PDG Elon Musk, le booster se prépare désormais pour un test de tir statique impliquant l’ensemble de ses 33 moteurs capables de produire jusqu’à 7600 tonnes de poussée au niveau de la mer.

Côté Starship 24, les tests ont été un peu moins chaotiques, nécessitant des réparations moins évidentes. Depuis août 2022, le vaisseau a effectué trois tirs statiques, tous réussis. Plus important encore, l’un de ces tests avait enflammé ses six moteurs simultanément. Plus récemment, SpaceX a effectué une série de réparations mystérieuses et remplacé l’un des moteurs.

spacex Starship
Un tir statique du Booster 7 impliquant l’allumage de 11 moteurs. Crédit : SpaceX

Fin février, début mars

Cela étant dit, il semble que SpaceX soit désormais en bonne voie pour tenter ce premier vol orbital, après des mois de retard. Avant cela, les équipes devront effectuer une répétition générale humide, un test de routine effectué avant le lancement conçu pour simuler tous les aspects d’un lancement, à l’exception du décollage. Cela impliquera de remplir complètement la fusée de carburants (environ 5 000 tonnes d’oxygène et de méthane liquides).

Selon Musk, SpaceX aurait une « vraie chance » d’effectuer ce vol fin février ou début mars, mais là encore, rien de très sûr. La société ne lancera son vaisseau que lorsque tous les voyants seront au vert. Concernant le vol en lui-même, il est prévu que le booster ne revienne pas se poser sur Terre (à terme, il reviendra), tandis que le Starship ira se poser au large d’Hawaii. La mission devrait durer environ 90 minutes au total.

Rappelons qu’à terme, il est prévu que le Starship ramène les humains sur la Lune pour la première fois depuis la fin de l’ère Apollo dans le cadre des missions Artemis 3 et 4.

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.