in

Comment le Starship va révolutionner l’exploration du Système solaire

starship
Crédits : SpaceX

SpaceX pourrait bientôt lancer la plus grande fusée de l’histoire de l’humanité. S’il ne s’agit pour l’heure que d’un premier vol d’essai orbital, nous savons ce vaisseau interplanétaire et entièrement réutilisable conçu pour emmener les astronautes sur la Lune et sur Mars. Toutefois, Elon Musk, le patron de SpaceX, a de plus grandes ambitions encore. En effet, ce vaisseau spatial pourrait radicalement changer notre manière d’explorer le Système solaire.

Un énorme potentiel

Cette incroyable fusée en cours de développement au Texas se compose d’un vaisseau spatial géant nommé Starship, coiffé au-dessus d’un grand booster nommé Super Heavy. Les deux peuvent atterrir sur Terre afin d’être réutilisés, ce qui permet de réduire considérablement les coûts tout en autorisant une plus grande cadence de lancements. À terme, l’ensemble du véhicule sera capable de soulever cent tonnes métriques de marchandises et de personnes dans l’espace.

À la mi-novembre, tandis qu’il s’exprimait lors d’une réunion virtuelle organisée par les Académies nationales des sciences, de l’ingénierie et de la médecine des États-Unis, Elon Musk a discuté du potentiel scientifique de son projet. « Il est extrêmement important que nous puissions devenir une espèce multiplanétaire le plus rapidement possible « , a-t-il déclaré. « En chemin, nous pourrions en apprendre énormément sur la nature de l’univers « , car ce vaisseau sera capable de transporter « beaucoup d’instruments scientifiques « , bien plus qu’il n’est actuellement possible. « Imaginez un objet de cent tonnes à la surface d’Europe « , a-t-il encore souligné.

Comme dit plus haut, outre sa capacité de levage, le Starship est également conçu pour être « bon marché ». Alors que des agences comme la NASA et l’ESA doivent choisir avec soin quelques missions à financer avec des budgets ultra-limités, l’abordabilité du Starship pourrait autoriser des missions qui ne seraient autrement même pas envisagées.

« Le faible coût d’accès a le potentiel de vraiment changer la donne pour la recherche scientifique « , explique en effet Andrew Westphal, de l’Université de Californie à Berkeley, soulignant des vols à moins de deux millions de dollars. « Vous pouvez alors imaginer des missions à financement privé et des consortiums de citoyens qui se réunissent pour faire voler des choses « .

starship
Crédits : Elon Musk/Twitter

Des valises d’instruments

Avec tout ce potentiel en tête, les scientifiques commencent déjà à imaginer ce que le Starship pourrait nous offrir. Plus tôt cette année, un article publié par Jennifer Heldmann, du NASA Ames Research Center, a exploré certaines de ces opportunités scientifiques.

L’un des gros avantages serait la non nécessité de miniaturiser systématiquement les instruments. Par exemple, « vous pourriez livrer une grosse plateforme de forage « , explique Heldmann. « Vous pourriez ensuite creuser sur près d’un kilomètre, comme nous le faisons sur Terre « . Cela permettrait un accès sans précédent à l’intérieur de la Lune et de Mars et à de potentielles ressources. « Avant, une telle idée était un peu folle « , souligne la chercheuse. Néanmoins, avec le Starship, « vous pouvez le faire et avoir encore de la place à revendre « . Et d’ajouter : « Qu’est-ce que vous voulez apporter d’autre ? « .

Étant donné qu’il pourra revenir sur Terre, le Starship de SpaceX pourrait également permettre de rapporter de grandes quantités d’échantillons. Un tel volume de matière prélevée à divers endroits pourrait faire la lumière sur un tas de mystères, tels que l’histoire volcanique de la Lune ou la question de la vie extraterrestre martienne.

starship
Crédits : SpaceX

Plusieurs projets ambitieux

À terme, le vaisseau pourrait également permettre des missions plus « extravagantes » comme se rendre vers Neptune. C’est l’idée d’un groupe international de scientifiques appelé Conex (pour Conceptual Exploration Research). Neptune n’a en effet été visitée qu’une seule fois (un passage éclair du vaisseau spatial Voyager 2 en 1989). Depuis, on peine à véritablement appréhender ce monde glacé et sa plus grande lune, Triton.

Ces chercheurs imaginent alors un vaisseau spatial nommé Arcanum capable de sonder ce lointain système. Problème : un tel vaisseau pèserait plus de vingt tonnes, soit quatre fois plus que la plus grande sonde spatiale à ce jour, la mission Cassini-Huygens qui a exploré Saturne de 2004 à 2017. À ce jour, aucune fusée existante ne pourrait lancer un tel engin. Le Starship en serait cependant capable. En outre, la mission pourrait également être équipée d’un télescope, permettant des études du Système solaire externe et facilitant la chasse aux exoplanètes.

D’autres idées incluent l’utilisation de Starship pour envoyer une sonde en orbite autour de la lune volcanique Io, de Jupiter, qui nécessiterait là encore une capacité de levage substantielle. Avec une telle masse, nous pourrions alors embarquer suffisamment de carburant et de protection contre les rayonnements.

D’autres idées sont encore plus spéculatives. Philip Lubin, de l’Université de Californie à Santa Barbara, a notamment calculé qu’un vaisseau suffisamment grand tel que le Starship pourrait être utilisé pour frapper un astéroïde menaçant la Terre. Une telle mission pourrait en effet transporter suffisamment d’explosifs pour pulvériser un objet aussi gros que celui à l’origine de la disparition des dinosaures. Ses fragments brûleraient ensuite sans danger dans l’atmosphère avant d’avoir eu la chance d’atteindre notre planète.

neptune
Crédits : NASA / JPL

Encore de nombreux défis

Il y a bien sûr de très bonnes raisons d’être prudents. En effet, le Starship n’a effectué que quelques vols d’essai, dont un seul s’est terminé avec succès. Le booster Super Heavy n’a quant à lui toujours pas décollé. Et ensemble, ces deux machines formeront une structure incroyablement massive et complexe qui pourrait encore rencontrer des problèmes de développement. En outre, l’envoi d’un Starship vers la Lune ou Mars reposera inévitablement sur de multiples missions de ravitaillement en orbite terrestre, ce qui n’a toujours pas été testé.

Néanmoins, il y a vraiment de nombreuses raisons d’être enthousiastes. Du Système solaire intérieur aux abords extérieurs et peut-être au-delà, un tel vaisseau pourrait bien ouvrir une toute nouvelle ère de la science spatiale.