in

Starlink : SpaceX signe un premier accord pour fournir Internet dans les avions

avions
Crédits : StuBaileyPhoto

Le transporteur aérien américain JSX vient d’annoncer avoir signé un premier contrat avec SpaceX dans le but de fournir un service Internet haut débit à ses clients grâce aux satellites Starlink. D’autres compagnies sont également intéressées.

En mars 2021, SpaceX s’était rapprochée de la Commission fédérale des communications pour déposer une demande une licence autorisant l’exploitation des terminaux Starlink sur les « stations en mouvement ». Il s’agit d’un terme générique pour désigner les voitures, camions, navires et autres avions.

Depuis plusieurs mois, SpaceX, qui fabrique près de huit satellites Starlink par jour dans son usine de Redmond (Washington), se préparait donc à étendre son marché, notamment à celui de l’aviation.

Dans cet esprit, la société, qui revendique aujourd’hui plus de 250 000 abonnés, a développé une antenne dédiée de forme carrée (une conception couramment associée aux antennes d’avion). Une fois installées, ces structures aéroportées pourront être reliées aux stations au sol pour communiquer avec les satellites en orbite et fournir du haut débit.

Un premier contrat pour des jets semi-privés

Après plusieurs mois de pourparlers, SpaceX a finalement conclu son premier accord en ce sens. Le service sera en effet disponible dans quelques mois pour les clients de JSX. Il s’agit d’un transporteur aérien américain indépendant proposant des vols intérieurs (Arizona, Californie, Floride, Nevada, Texas et New York) au moyen de jets semi-privés destinés principalement à une clientèle d’affaires. Cette compagnie exploite des appareils Embraer ERJ-135 et ERJ-145, tous équipés d’une trentaine de sièges. Or, elle aurait signé pour fournir le Wi-Fi en vol à une centaine de ses jets.

« Le service sera offert gratuitement à tous les clients JSX et ne nécessitera pas de connexion ou d’autres complexités associées aux systèmes hérités« , ont déclaré les représentants de JSX dans un communiqué.

Comme l’explique Reuters, la société a refusé de divulguer la valeur du contrat. Nous savons en revanche que SpaceX a également eu des discussions avec plusieurs compagnies aériennes au cours de ces derniers mois, dont Delta Airlines, qui a récemment effectué des « tests exploratoires » de la technologie Internet de Starlink. SpaceX a également précédemment testé son réseau sur une poignée de jets Gulfstream, ainsi que sur des avions militaires.

starlink spacex
Cabine d’un avion configuré JSX ERJ-145. Crédits : JSX

Quelles performances ?

Selon le site de la société, les utilisateurs Starlink peuvent s’attendre à voir des vitesses de téléchargement comprises entre 100 Mb/s et 200 Mb/s et une latence aussi faible que 20 ms sur la terre ferme. D’après les récents speedtests proposés par Ookla au quatrième trimestre 2021, ces promesses sont globalement tenues, notamment en France, où le service est disponible depuis mai 2021. En revanche, on ignore encore qu’elles seront les performances du réseau en vol.

Rappelons enfin qu’à ce jour, SpaceX a lancé 2 388 satellites pour étendre son réseau Starlink. Parmi eux, 2 150 satellites sont encore en orbite et 2 121 sont aujourd’hui toujours opérationnels.