in ,

Starlink : Elon Musk réfute les allégations concernant son « écrasement de la concurrence » dans l’espace

Crédits : Flickr / Heisenberg Media

Après l’incident ayant impliqué la station spatiale chinoise (SSC) et des satellites de la constellation Starlink, Elon Musk a commenté certaines critiques à son encontre. Le PDG de SpaceX estime tout simplement qu’il y a de la place pour tout le monde dans l’espace.

Les critiques pleuvent sur le projet Starlink

Selon les autorités chinoises, la station spatiale SSC (voir image ci-après) a évité par deux fois, les 1er juillet et 21 octobre 2021, des satellites du projet Starlink de SpaceX. Depuis, les critiques pleuvent en Chine et l’État aurait même déposé une plainte auprès de l’ONU. Un article du quotidien britannique Financial Times publié le 28 décembre 2021 relatait une réponse de la part d’Elon Musk. Néanmoins, cette interview du patron de SpaceX est antérieure à la plainte de la Chine.

En réalité, Elon Musk répondait alors aux critiques de Josef Aschbache, directeur général de l’Agence Spatiale européenne (ESA). Ce dernier avait dénoncé la précipitation de SpaceX quant au lancement de sa constellation Starlink. Josef Aschbache déplorait le dictat des règles par SpaceX dans l’espace depuis déjà plusieurs années. De plus, les satellites Starlink réduiraient selon lui les créneaux orbitaux disponibles et le nombre de fréquences radio.

station spatiale chinoise
La station spatiale chinoise (SSC). Crédits : CNSA

L’espace assez grand pour tout le monde

En août 2021, nous évoquions le fait que le projet Starlink faisait déjà de l’ombre à ses concurrents en se rapprochant progressivement des performances des connexions haut débit terrestres. Aujourd’hui, Starlink est le meilleur fournisseur d’internet par satellite aux États-Unis devant HughesNet et Viasat. Le projet compte pas moins de 1 900 satellites dans l’espace et dispose d’une autorisation pour atteindre les 12 000 unités. Toutefois, Elon Musk espèce pouvoir obtenir le droit de lancer 42 000 satellites au total.

Le directeur de l’ESA pense à un futur où l’encombrement de l’espace deviendra malheureusement ingérable. Selon lui, il faudrait que le monde se concerte avant cette dangereuse échéance. Elon Musk a quant à lui déclaré que l’espace était assez grand et que Starlink n’entravait en rien les autres projets en cours. Seulement, voilà, l’astrophysicien Jonathan McDowell a expliqué que la planification de manœuvres d’évitement pour des satellites se déplaçant à 27 000 km/h peut prendre des heures, voire des jours. L’expert est donc formel : l’espace proche de notre planète est déjà trop encombré.

Et si SpaceX a déjà bien avancé avec sa constellation, rappelons aussi que d’autres acteurs sont sur ses traces. Le projet OneWeb procède déjà à la mise en orbite de ses 650 satellites avec le soutien du Royaume-Uni, d’Eutelsat (France) et de Sunil Mittal (Inde). Citons également Amazon qui désire lancer sa constellation baptisée Kuiper ou encore les agences spatiales chinoises et européennes qui travaillent également sur le même type de projet.