in

Star Wars : Ces mondes imaginés par George Lucas qui existent vraiment

Crédits : Pixabay

Certains des mondes imaginés par George Lucas dans Star Wars existent vraiment ou presque. Ces planètes pourtant fictives censées avoir existé il y a bien longtemps dans une galaxie lointaine, très lointaine, se retrouvent en effet toutes dans notre Galaxie, la Voie lactée. Pas besoin d’aller si loin finalement (tout est relatif, hein). De Tatooine et ses deux couchers de soleils aux mondes désertiques comme Jakku et Jedha, en passant par Hoth, la planète glacée, notre Galaxie regorge d’exoplanètes en tous genres qui pourraient facilement passer le casting des plus grandes sciences-fictions. En voici quelques-unes, à portée de nos plus grands télescopes :

Tatooine et son double coucher de soleils

Imaginez-vous avec deux ombres au sol en train de contempler deux arcs-en-ciel après l’orage. Les astronomes ont longtemps pensé qu’une telle configuration, à savoir une planète autour de deux étoiles, ne pouvait pas exister pour cause d’instabilités. Pourtant, plus de la moitié des étoiles aujourd’hui recensées sont doubles.

En 2011, il y a eu tout d’abord la découverte de Kepler-16b. Même si, physiquement, elle tient plus de Saturne que d’une planète rocheuse et qu’elle est trop froide pour être habitable, elle a immédiatement et inévitablement reçu le surnom de Tatooine avec l’approbation de George Lucas. Plus récemment, il y a quelques mois, le télescope américain Kepler découvrait une autre exoplanète de la taille de Jupiter potentiellement habitable et en orbite autour de deux étoiles tout comme Tatooine. Depuis, une quinzaine d’autres ont été détectées, et les chercheurs n’ont plus de doutes désormais qu’une planète rocheuse puisse orbiter autour de deux étoiles.

Kepler 16B / Crédits : Nasa, JPL-Caltech, T. Pyle

Hoth, la planète de glace

Sixième planète du système Hoth, Hoth est un monde recouvert de neiges et de glace. Constamment frappée par les météorites, elle n’a développé aucune forme de vie intelligente, mais possède néanmoins quelques formes de vies animales comme le tauntaun ou le wampa. Ça, c’est pour le script, mais qu’en est-il vraiment dans notre Galaxie ?

À 22 000 années-lumière de notre Système, dans la direction de la constellation zodiacale du Scorpion, on retrouve OGLE 2005 — BLG-390, une exoplanète tellurique très proche de celle où se cache Luke Skywalker dans L’empire contre-attaque. Cependant la température à sa surface est d’environ -220 °C du fait que son étoile est une naine rouge et qu’elle ne reçoit que le millième de la chaleur que le Soleil lui enverrait. En d’autres termes, même un tauntaun n’y survivrait pas.

Jakku et Jedha, les mondes désertiques

C’est une planète représentée dans certaines scènes du dernier opus, Rogue One : A Star Wars Story, est Jedha. Elle n’est pas sans rappeler Mars : sèche et plutôt froide, au contraire de celle de Luke Skywalker ou de Jakku qui pourraient exister par milliers dans notre galaxie.

Le goût de George Lucas pour ces mondes arides reflète sans doute la réalité, estime Shawn Domagal-Goldman, astrobiologie à la Nasa, reprit par le site Futura-Sciences : « Le thème récurrent des mondes désertiques dans “Star Wars” est vraiment intéressant, parce que nos recherches démontrent que ceux-ci seraient mondes probablement habitables, plus habitables que ne l’est Mars » commente-t-il. « En effet, le manque d’eau sur une telle planète pourrait être ce qui la rend plus habitable. L’eau amplifie les changements de climat et peut rendre les planètes vraiment chaudes comme Vénus ou alors vraiment froides comme Europe, l’une des lunes de Jupiter ». Finalement, ces mondes se compteraient par milliers dans notre seule Galaxie, certains pouvant être chauds comme Tatooine et Jakku et d’autres plus frais à l’instar de Jedha dans Rogue One.

Dans l’univers « Star Wars », George Lucas envisage des dizaines de mondes aussi divers les uns que les autres, tous pouvant soutenir une vie intelligente. Dans notre galaxie en revanche, nous ne connaissons pour le moment qu’un seul monde connu pour nous avoir la gentillesse de nous accueillir : la Terre. Mais cela ne pour autant pas dire que nous ne trouverons jamais d’exoplanète capable de le faire au-delà de notre système solaire.

Les prochaines années verront notamment le lancement d’une nouvelle génération d’engins spatiaux à la recherche de planètes autour d’autres étoiles. Ainsi, peut-être tomberons-nous un jour sur des planètes couvertes de forêts comme Takodana et Endor ou recouvertes d’océan comme Kamino. Alors que le Transiting Exoplanet Survey Satellite (TESS) et le télescope spatial James Webb tenteront de leur côté de déterminer l’existence et la composition d’atmosphères sur d’autres planètes, le télescope à grand champ Infrared Survey (WFIRST) devrait quant à lui nous rapporter des images de ces planètes extrasolaires autour d’étoiles semblables au soleil dans la prochaine décennie. Parce qu’après tout, si George Lucas nous dépeint un univers qui regorge de vie, alors pourquoi le nôtre ne le serait-il pas ?

Source