in ,

Le squelette (sans tête) d’une énorme vache de mer découvert en Sibérie

Crédits : Commander Islands Nature and Biosphere Reserve

Il lui manque peut-être la tête, mais ce squelette est à ce jour le plus complet de son genre. Les restes d’une rhytine de Steller, l’énorme mammifère de 7 mètres de long vécu dans la mer de Béring jusqu’au 18e siècle, ont été retrouvés sur une plage de Sibérie.

Les os massifs mis au jour sur une île isolée de Béring appartiennent à un animal disparu depuis près de 250 ans — la vache géante de Steller (ou rhytine de Steller). L’excellent état du squelette, même si le crâne manque, enthousiasme aujourd’hui les chercheurs impatients d’en apprendre davantage sur cette espèce chassée par les Hommes. À première vue, les ossements sortant du sable ressemblaient aux palissades d’une vieille clôture. Sous la direction de Marina Shitova, de la Réserve Islands Nature and Biosphere Reserve, une équipe de scientifiques n’aura finalement creusé que 70 centimètres pour dévoiler l’ensemble du squelette.

Les vaches marines de Steller (Hydrodamalis gigas), qui pouvaient mesurer jusqu’à 10 mètres de long pour un poids d’environ 5 tonnes, appartenaient à la mégafaune du Pléistocène. Elles étaient probablement déjà en déclin lorsqu’elles furent découvertes en 1741 par Georg Wilhelm Steller, un naturaliste allemand. Leur dernier refuge : les îles Commander alors inhabitées dans la mer de Béring. L’espèce s’est probablement éteinte en 1768, victime de la chasse excessive peu après sa découverte. Elle était appréciée pour la qualité de sa viande et sa peau.

Commander Islands Nature and Biosphere Reserve

Ce spécimen a été découvert dans la réserve naturelle de Komandorski par la chercheuse russe Marina Shitova, qui étudie les otaries à fourrure. Celle-ci avait alors remarqué la cage thoracique du squelette qui dépassait du sol. Le squelette nouvellement découvert mesure 5,2 mètres de long sans la tête, avec, les chercheurs estiment qu’il aurait pu atteindre les 6 mètres. Il comprend au total 45 os de la colonne vertébrale, 27 côtes, l’omoplate gauche, les os de l’épaule et de l’avant-bras et plusieurs os du poignet (métacarpien). La plupart des squelettes de rhytines de Steller que l’on trouve dans les muséums d’histoire naturelle sont aujourd’hui des spécimens hybrides composés des os de plusieurs individus, d’où l’importance de cette découverte.

Le spécimen nouvellement découvert sera soigneusement étudié avant d’être nettoyé et assemblé pour finalement être exposé au centre d’accueil de la réserve naturelle des îles du Commandeur.

Crédits : Pixabay

Source