in

La NASA testera une gigantesque centrifugeuse pour lancer des objets dans l’espace

nasa SpinLaunch catapulte
Crédits : SpinLaunch

Il y a quelques semaines, Sciencepost rapportait les détails d’un nouveau système de lancement de satellite très surprenant proposé par la société SpinLaunch. L’idée est de s’appuyer sur une centrifugeuse électrique massive capable d’accélérer des charges utiles à plus de 8000 km/h avant de les projeter vers la stratosphère. Le principal atout de cette approche est qu’elle pourrait permettre d’économiser énormément de carburant. Et visiblement, la NASA s’y intéresse.

Une méthode étonnante

Fondée en 2014 par Jonathan Laney, SpinLaunch vise à baisser drastiquement les coûts des lancements spatiaux en s’appuyant sur son curieux concept de centrifugeuse (ou catapulte) géante capable d’expédier des charges utiles dans l’espace. Plusieurs tests ont déjà eu lieu à petite échelle dans le désert du Nouveau-Mexique, aux États-Unis.

Dans le détail, voici comment ça fonctionne. Tout d’abord, une charge utile (un satellite par exemple) est attachée à l’extrémité d’un grand bras en fibre de carbone, lui-même placé à l’intérieur d’une grande chambre à vide circulaire. Le bras se met à tourner, alimenté par un moteur électrique. La charge utile se retrouve alors accélérée de plus en plus vite, au-delà de la vitesse du son, jusqu’à 8 000 km/h.

Ensuite, et selon un timing très précis, la charge utile est libérée du bras rotatif par un tube de sortie vertical. En raison de sa vitesse initiale élevée, la charge utile déchire l’épaisse basse atmosphère de la Terre pour finalement atteindre la stratosphère. À ce stade, un moteur de fusée se déclenche pour finalement permettre l’insertion du satellite en orbite terrestre.

Selon, cette méthode de lancement pourrait éliminer plus de 70 % du carburant et des structures nécessaires à une fusée conventionnelle. Et qui dit « moins de carburant », dit « lancements moins chers ». La société entend ainsi abaisser ces coûts de plusieurs dizaines de millions de dollars à moins de 500 000 dollars.

SpinLaunch catapulte 2
Une maquette du système de lancement testée au Nouveau-Mexique. Crédits : SpinLaunch

La NASA intéressée par SpinLaunch

Plusieurs acteurs du secteur seraient intéressés par ce concept, dont la NASA. L’agence américaine vient en effet d’accepter de tester l’approche dans le cadre d’un contrat. Un lancement pourrait avoir lieu un peu plus tard cette année.

Dans le détail, les chercheurs prévoient de lancer une charge utile à environ Mach 2 contenue dans un véhicule de trois mètres de long. Une fois parvenu à l’altitude souhaitée, ce dernier déploiera un parachute pour atterrir en douceur. Plusieurs instruments embarqués se chargeront de prendre des mesures détaillées.

Le succès de cette méthode n’est évidemment pas garanti. Il n’est pas non plus garanti que les satellites puissent résister. Ces charges utiles devront en effet faire face au stress d’une rotation extrême à plusieurs milliers de kilomètres par heure. L’impact soudain et la résistance à la chaleur rencontrés lorsqu’elles sortiront de la chambre à vide seront un autre défi. En ce sens, la start-up travaille actuellement à la conception de satellites compatibles permettant d’offrir des systèmes clé en main à leurs clients.