in

SpaceX : un prototype du Starship dévoilé

Un prototype de Starship, dévoilé par Elon Musk. Crédits : SpaceX

En novembre dernier, nous apprenions que la célèbre fusée construite par SpaceX pour transporter des Hommes vers Mars ne s’appellerait plus BFR (Big Falcon Rocket), mais Starship. À quoi pourrait ressembler cet engin ? Elon Musk nous donne un aperçu.

Elon Musk diffusait il y a quelques jours via Twitter une première image de la version assemblée de Starship, autrefois connu sous le nom de Big Falcon Rocket (BFR). « L’assemblage de la fusée d’essai en vol de Starship vient de s’achever sur le site de lancement @SpaceX Texas, peut-on lire. Il s’agit d’une image réelle, pas d’un rendu », précise Elon Musk. On y découvre alors une fusée au design vintage, nous rappelant celui de la célèbre fusée de Tintin.

Starship Elon Musk
Un premier prototype de Starship dévoilé par Elon Musk sur Twitter. Crédits : SpaceX

La version orbitale sera « plus haute »

Ce n’est ici qu’un prototype de neuf mètres de diamètre, copie d’une fusée qui n’ira pas encore sur Mars. Elon Musk précise en effet que cette fusée ne sera destinée qu’aux vols suborbitaux. La version orbitale sera « plus haute », dit-il, avec « une coque plus épaisse et un nez bien courbé ». Le premier prototype orbital du Starship devrait être disponible cet été, probablement au mois de juin prochain.

Une fois construite, la véritable fusée Starship sera le lanceur le plus puissant du monde, avec une hauteur d’environ 118 mètres. Un premier lancement officiel de la fusée sans équipage devrait être planifié en 2020 et si tout se passe comme prévu, une mission pourrait être envoyée vers Mars en 2022. Un premier voyage qui visera à envoyer les premières fournitures sur place, en vue d’une arrivée humaine probablement en 2024-2025.

Rayons cosmiques

Rappelons qu’il reste encore de nombreux défis à relever. On pense notamment aux problèmes du rayonnement cosmique, un flux constant de particules à haute énergie circulant à de très grandes vitesses dans l’espace. Des simulations faites sur des souris suggéraient il y a quelques semaines que les voyages dans l’espace pourraient gravement endommager les tissus gastro-intestinaux des astronautes. Un problème de plus auquel s’ajoutent les risques de développer des cancers, des déficiences cognitives ou encore une faillite du système immunitaire.

Parallèlement aux enjeux techniques, il est donc également nécessaire de prendre en compte les éventuels risques sanitaires. Une préparation optimale sera évidemment requise. Et ça, la NASA l’a bien compris. L’agence américaine, qui ambitionne de poser le pied sur Mars d’ici 2043, propose actuellement à ses futurs explorateurs un environnement de simulation d’exploration martienne. Vous retrouverez l’habitat Hi-SEAS sur le versant nord de la montagne hawaiienne de Mauna Loa.

Source

Articles liés :

L’incroyable photo d’un énorme cratère sur Mars, rempli de glace

Coloniser Mars, c’est (assurément) la contaminer

Une fois sur Mars, comment faire pour revenir sur Terre ?