in

Une victoire de plus pour SpaceX et son réseau Starlink

Crédits : SpaceX

Malgré les nombreuses plaintes déposées, SpaceX pourra ajuster les orbites de plusieurs milliers de ces satellites Starlink. Ils évolueront plus bas que prévu, dans le voisinage de ceux prochainement déployés par Amazon.

La Commission fédérale des communications vient d’accorder à SpaceX l’autorisation d’exploiter 2 814 de ses satellites Starlink sur des orbites plus basses que prévu. La demande avait été critiquée par plusieurs concurrents de SpaceX, dont Amazon et OneWeb, qui développent également leurs propres réseaux Internet par satellite.

Ces derniers avaient en effet souligné que cet ajustement orbital allait créer des interférences de fréquence nuisibles et augmenterait les risques de collisions de satellites. Ces rivaux ont également affirmé que les modifications proposées à la licence originale de SpaceX, accordée en 2018, devraient amener la FCC à traiter la constellation Starlink comme une structure entièrement nouvelle devant essuyer un processus d’approbation plus rigoureux.

Une orbite plus sécurisante et moins gênante

La FCC, de son côté, n’est visiblement pas de ces avis. Cette approbation signifie que SpaceX peut pourra abaisser l’altitude de ses 2814 prochains satellites à environ 550 km d’altitude, et non les positionner à 1150 km, comme prévu initialement. Ici, SpaceX pourra assurer plus facilement les ajustements nécessaires à la sécurité de sa constellation. Concrètement, la société sera capable d’éliminer plus rapidement ses satellites morts ou défectueux en les dirigeant vers l’atmosphère terrestre où ils seront brûlés.

Notez que le fait de rapprocher les satellites Starlink de la surface de la Terre est également une bonne nouvelle pour les astronomes. À des altitudes plus basses, les structures seront en effet amenées à moins refléter la lumière du Soleil, ce qui devrait limiter les gênes.

satellites starlink
Crédits : Victoria Girgis/Lowell Observatory

SpaceX devra s’adapter à Amazon, et non l’inverse

À environ 550 km d’altitude, les satellites Starlink évolueront en revanche dans le même voisinage orbital que la constellation proposée par Amazon. Il a donc été demandé à SpaceX de se coordonner avec son concurrent pour s’assurer que les signaux de ses satellites n’interfèrent pas avec ceux d’Amazon.

Autrement dit, c’est à SpaceX de s’adapter. Les 2814 satellites Starlink devront donc fonctionner autour de la constellation d’Amazon, et non l’inverse. Sur ce dernier point, la société de Jeff Bezos, malgré sa réticence à ce projet d’ajustement orbital, a salué la décision de la FCC.

Enfin, SpaceX devra également fournir des rapports semestriels à la FCC sur les pannes, “événements de conjonction” ou autres “manoeuvres d’évitement” enregistrés.

De son côté, rappelons qu’Amazon, qui prévoit de libérer 3236 satellites, vient d’annoncer que les premières structures de sa constellation Kuiper seront lancés et livrés en orbite par une fusée Atlas V de United Launch Alliance d’ici 2026.