SpaceX soumet son rapport d’accident du Starship. À quoi peut-on s’attendre ?

Starship SpaceX
L'envol du Starship en avril 2023. Crédits : Patrick T. Fallon

SpaceX vient de soumettre son rapport final sur le premier lancement de son véhicule Starship à la Federal Aviation Administration (FAA) des États-Unis. Ce dernier avait explosé quatre minutes après le décollage. Cette nouvelle étape franchie nous rapproche d’une seconde tentative de lancement. Cependant, il va falloir être un peu patients.

Explosion du Starship : rappel des faits

Le 20 avril dernier, SpaceX a marqué l’histoire de l’aérospatial en lançant son énorme fusée Starship de 120 m de haut (la plus haute jamais construite) pour la première fois depuis son site Starbase dans le sud du Texas. Dans le cadre de ce vol d’essai, l’étage supérieur devait finir sa course dans l’océan Pacifique, au large d’Hawaï. Néanmoins, tout ne s’est pas passé comme prévu. Les deux étages de la fusée ne se sont pas séparés comme prévu, amenant les ingénieurs à envoyer une commande d’autodestruction de la fusée environ quatre minutes après le décollage.

Ce lancement a également causé des dégâts à Starbase en creusant un cratère sous le support de lancement orbital. Des morceaux de béton et d’autres débris ont également été projetés dans les environs du site. Suite à ces événements, SpaceX a rapidement lancé une enquête visant à en déterminer les causes et les mesures à prendre pour augmenter les chances de résultat à l’avenir.

Starship SpaceX
La fusée Starship dévie de sa trajectoire nominale le 20 avril 2023. Crédits : PATRICK T. FALLON

La FAA examine le rapport

La société a finalement déposé ce rapport il y a quelques jours auprès de la FAA, qui autorise les lancements de fusée aux États-Unis. Cependant, cela ne signifie pas pour autant que la fusée Starship est autorisée à voler à nouveau. Concrètement, l’objectif de cet examen de rapport  sera d’identifier les actions correctives que SpaceX devra prendre. La société va également devoir modifier sa licence pour intégrer ces actions avant de recevoir l’autorisation de se lancer à nouveau.

Rappelons que SpaceX a déjà pris quelques-unes de ces mesures correctives. Par exemple, la société a récemment installé un système de déluge d’eau sous le support de lancement orbital de Starbase, le but étant de créer une barrière visant à absorber et à dissiper la chaleur générée lors du décollage. SpaceX a d’ailleurs effectué le premier test complet de ce système le 28 juillet dernier.

En ce qui concerne le calendrier, Elon Musk avait déclaré peu de temps après la première tentative de lancement qu’une seconde tentative serait opérée d’ici la fin de l’été ou au début de l’automne. Toutefois, il s’agit d’une vision très optimiste. En effet, la FAA examine toujours le rapport d’accident. Par ailleurs, rappelons surtout qu’une coalition de groupes environnementaux poursuit actuellement l’agence de régulation, affirmant qu’elle n’a pas correctement évalué les dommages que les lancements de Starship pourraient causer à l’écosystème et à la communauté du sud du Texas.