in

Que sait-on réellement de ces futures publicités diffusées dans l’espace ?

Crédits : Felix Mittermeier / Pexels

Une start-up canadienne ambitionne d’envoyer un satellite capable de diffuser des publicités dans l’espace. L’annonce a entraîné de vives critiques sur Internet, mais que sait-on réellement de ce projet ? Pourra-t-on voir ces publicités depuis nos arrière-cours ? Et pourraient-elles gêner les observations astronomiques ?

De petits pixels visibles uniquement en ligne

La société Geometric Energy Corporation (GEC) a récemment développé un CubSat (un minisatellite en forme de cube d’environ 10 cm de côté) capable d’afficher des images sur un écran pixelisé. Dans une interview accordée à Business Insider, Samuel Reid, le cofondateur de la société, a expliqué que ces publicités seront exposées sur l’un des côtés de ce petit satellite. Celles et ceux qui souhaiteront acheter de l’espace publicitaire devront acheter des jetons pour revendiquer, localiser et concevoir un pixel spécifique sur l’écran.

Cinq types de jetons seront disponibles. L’un déterminera la coordonnée X du pixel, tandis qu’un autre déterminera la coordonnée Y. Deux autres permettront aux acheteurs de contrôler la couleur et la luminosité de leur pixel, tandis qu’un dernier jeton déterminera la durée de la publicité.

Le prix de ces jetons n’a pas encore été annoncé, mais nous savons déjà que la société n’acceptera que les cryptomonnaies. Selon Samuel Reid, cela aidera à « démocratiser l’accès à l’espace et permettre une participation décentralisée« .

Une fois en orbite, une mini perche à selfie sera déployée pour filmer l’affichage et le diffuser en direct sur YouTube ou Twitch. Vous l’avez compris, il n’y aura donc pas d’énormes spots publicitaires diffusés dans le ciel de nuit.

étoiles
Un CubSat proposera bientôt des publicités dans l’espace. Elles seront ensuite visibles en ligne. Crédits : Public Domain Pictures

Du covoiturage avec SpaceX

Si le concept pourrait intéresser des entreprises souhaitant exploiter des canaux publicitaires uniques, le patron de la société souligne que ces pixels pourront également être exploités par des artistes ou des personnes ayant d’autres intérêts. Nous pourrions par exemple imaginer une demande en mariage.

« Il pourrait y avoir des entreprises qui souhaitent représenter leur logo … ou cela pourrait finir par être un peu plus personnel et artistique« , souligne Reid. « J’espère que les gens ne gaspillent pas d’argent pour quelque chose d’inapproprié, d’insultant ou d’offensant« .

Très petits et très légers, les CubeSats sont souvent déployés en orbite en tant que charge utile secondaire. Autrement dit, les sociétés qui les exploitent payent pour voler à bord d’autres missions. En l’occurrence ici, le CubeSat conçu par GEC se greffera sur une fusée Falcon 9 de SpaceX dans le cadre d’une mission prévue l’année prochaine.