in

SpaceX transforme deux plates-formes pétrolières en rampes de lancement Starship

Crédits : Spacex

Deux anciennes plates-formes pétrolières (désormais nommées Phobos et Deimos, comme les lunes martiennes) seront désormais utilisées par SpaceX comme rampes de lancement pour les futurs vaisseaux interplanétaires Starship.

Valaris plc, comme beaucoup de compagnies pétrolières, a connu une année 2020 compliquée. Si la plupart ont tout de même les reins assez solides, celle-ci n’a en revanche pas tenu, déposant finalement son bilan en juillet dernier. Quelques semaines plus tôt, la société a tout de même vendu deux de ses plates-formes pétrolières pour 3,5 millions de dollars chacune à SpaceX, qui les transformera en rampes de lancement.

Des bases maritimes pour le Starship

Depuis plusieurs années SpaceX développe un vaisseau entièrement et rapidement réutilisable nommé Starship, qui vise à transporter équipage et fret en orbite terrestre, mais également sur la Lune et au-delà. Naturellement, on n’y est pas encore. SpaceX va en effet devoir franchir de nombreuses étapes avant de pouvoir atteindre ces objectifs. Ceci dit, la société a déjà gravi quelques marches, et prévoit d’intensifier son programme de développement au cours de cette année 2021.

Actuellement, tous les tests du Starship se font dans les installations de SpaceX à Boca Chica, au Texas. A priori, certains lancements devraient ainsi pouvoir être opérés depuis cette base, mais à terme, des rampes de lancement maritimes – positionnées loin de toute zone peuplée – pourraient davantage convenir.

D’après le magazine NASA Space Flight, toujours très bien informé, il est prévu que ces rampes soient soient transformées au large de Brownsville (Texas). Si tout se passe comme prévu, Phobos et Deimos pourront alors entrer en service à la fin de cette année. D’ici là, le Starship pourrait déjà devenir opérationnel pour les vols orbitaux.

SN9 et Super Heavy

En attendant, le prochain test du Starship pourrait intervenir dès ce mardi (26 janvier), après avoir essuyé avec succès plusieurs tirs statiques. Tout comme son prédécesseur, le désormais célèbre Starship SN8, le SN9 devrait opérer un vol test à 12,5 kilomètres d’altitude. Là encore, il s’agira pour le vaisseau de revenir sur Terre selon un angle d’attaque d’environ 70-80 degrés, avant de s’appuyer sur des propulseurs de contrôle de réaction pour se replacer en position verticale avant l’atterrissage.

Rappelons enfin que les premiers tests du Super Heavy, censé propulser le Starship dans l’espace, seront entamés cette année. Le premier prototype, actuellement en cours d’assemblage, pourrait ne fonctionner qu’avec seulement deux moteurs Raptor. Mais à terme, cette gigantesque structure de plus de 70 mètres de haut comptera pas moins de 28 de ces moteurs. De quoi proposer suffisamment de capacité de levage pour s’extraire de la gravité terrestre.