in ,

SpaceX expédie un super-ordinateur dans l’espace pour préparer les voyages spatiaux

Crédits : SpaceX

La société SpaceX vient d’envoyer dans l’espace un supercalculateur à destination de l’ISS. Le but ? Étudier la capacité de cette machine à fonctionner dans des conditions extrêmes durant une année entière.

Ce lundi 14 août 2017 à 12h31 (heure locale), soit à 18h31 heure de Paris, le lanceur Falcon 9 de SpaceX a décollé depuis le site de Cap Canaveral en Floride (États-Unis), transportant avec lui la capsule Dragon. Cette fameuse capsule transportait à son bord près de 3 tonnes de marchandises et d’équipements dont un supercalculateur baptisé Spaceborne Computer, conçu par la célèbre société informatique américaine Hewlett Packard Enterprise.

Le plan prévoyait une séparation du lanceur et de la capsule 10 minutes après le lancement. La capsule Dragon effectuera plusieurs orbites avant d’atteindre l’altitude de la Station spatiale internationale (ISS), soit 400 kilomètres. Ce mercredi 16 août 2017, la capsule Dragon devrait s’arrimer à l’ISS et restera dans cette position durant un mois environ. La capsule sera remplie des déchets que l’équipage de l’ISS a produits depuis plusieurs mois puis relâchée vers l’atmosphère terrestre afin d’y être désintégrée.

Revenons à notre super-ordinateur. Il s’agit d’une mission visant à tester cette machine durant un an afin d’évaluer son fonctionnement dans des conditions extrêmes. La durée d’un an n’a pas été choisie par hasard car celle-ci correspond au temps qu’il faudrait à un équipage pour se rendre sur la planète Mars. En effet, plus un vaisseau s’éloigne de la Terre, plus les délais de transmission sont importants. Les chercheurs indiquent qu’il faudrait environ 20 minutes pour transmettre des données depuis la planète rouge jusqu’à la Terre, un délai identique dans l’autre sens.

« Un tel délai de communication rendrait toute exploration sur le terrain compliquée et potentiellement dangereuse si les astronautes sont confrontés à des scénarios de mission cruciaux qu’ils ne seraient pas en mesure de résoudre par eux-mêmes » explique Alain Andreoli, PDG de la société Hewlett Packard Enterprise dans un communiqué officiel publié le 11 août 2017.

Modélisation du Spaceborne Computer
Crédits : NASA

Selon l’intéressé, le super-calculateur embarqué dans la capsule Dragon a pour but final de fournir « des ressources informatiques sophistiquées à bord ». La machine en question n’est d’ailleurs pas si impressionnante dans la mesure où celle-ci n’est pas très différente des ordinateurs très hauts de gamme déjà disponibles dans le commerce. Le Spaceborne Computer a tout de même subi quelques modifications telles que l’installation d’un système de refroidissement « watercooling », comportant un circuit d’eau alimenté par une petite pompe.

Il s’agit également de protéger la machine des radiations, mais les chercheurs ne l’ont pas enfermée dans un caisson protecteur susceptible d’alourdir l’ensemble. En réalité, les chercheurs ont privilégié la piste de la protection logicielle à la protection matérielle. Ce type de protection se traduit par une capacité de la machine à détecter des paramètres jugés anormaux tels qu’un impact ou une surtension. Ainsi, l’ordinateur peut alors réduire sa vitesse de fonctionnement afin de limiter les risques d’erreur.

Sources : Sciences et AvenirL’Usine NouvelleGénération NT