in

SpaceX autorisé à lancer une flotte géante de satellites pour connecter le monde

Crédits : PxHere

Les autorités américaines ont récemment approuvé le projet de SpaceX destiné à mettre sur orbite plus de 4000 satellites, alors que d’autres devraient suivre ! Mais quel est le but de la manœuvre ?

La Federal Communications Commission (FCC) vient tout juste de donner son feu vert à SpaceX pour l’envoi dans l’espace de 4425 satellites. Le projet baptisé Starlink a pour objectif de fournir une connexion internet sur l’ensemble de la surface de la Terre. SpaceX disposera alors d’un nouveau marché à gros potentiel, tout en ayant des stations sur Terre peu coûteuses. Le fait est que la première vague de 4425 satellites en amènera d’autres, pour un total de près de 11 925 d’ici à 2020. Il s’agira alors d’une flotte de satellites interconnectés qui couvrira notre planète dans son intégralité.

En février 2018, SpaceX a déposé plusieurs documents auprès de la FCC concernant un test. Celui-ci consistait au lancement de deux satellites baptisés Microsat-2a et Microsat-2b, une opération qui s’est déroulée le 22 février. Ces deux satellites ont été placés sur orbite au même moment que Paz, un autre satellite pour sa part destiné à la surveillance des océans et du trafic maritime mondial.

« Il s’agit de la première autorisation donnée pour une constellation de satellites d’une licence américaine qui fournira des services internet en utilisant une nouvelle génération de satellites en basse orbite au-dessus de la Terre. SpaceX a proposé un système de satellite comprenant 4425 satellites et a obtenu l’autorisation d’utiliser les fréquences de la bande Ka (20/30 GHz) et de la bande Ku (11/14 GHz) pour fournir une connexion internet mondiale »,
peut-on lire dans un communiqué de la FCC cité par The Verge.

Il s’agit donc d’une décision historique, et il faut rappeler que la course à l’Internet haut débit est un marché énorme dont le potentiel représente des milliards de dollars pour les entreprises qui s’y engouffreront.

Sources : Siècle DigitalChallenges