in

SpaceX autorisée à déployer des milliers de satellites Starlink 2.0

Pez starship starlink
Crédits : Elon Musk/SpaceX via Twitter

SpaceX vient d’obtenir l’autorisation de déployer 7 500 satellites Starlink de nouvelle génération. Ces machines, plus grandes et plus lourdes que les précédentes, seront lancées sur des vaisseaux Starship. Ces derniers fonctionneront comme de gigantesques distributeurs PEZ.

SpaceX développe toujours sa mégaconstellation de satellites Internet nommée Starlink. L’objectif est de fournir un accès Internet haut débit dans le monde entier, y compris dans les régions éloignées les moins bien desservies. Les revenus de ce projet serviront également à financer les ambitions martiennes de la société. Pour l’heure, SpaceX compte environ 3 200 satellites Starlink de première génération actifs.

Désormais, la société entend « passer la seconde » avec le déploiement de nouveaux satellites plus grands et plus puissants. Ces machines, qui mesureront environ sept mètres de long pour environ 1,25 tonne sur la balance (contre seulement 260 kg actuellement), seront ainsi plus efficaces, capables de transmettre le service directement aux téléphones portables. SpaceX avait d’ailleurs annoncé un partenariat avec T-Mobile il y a quelques mois.

7 500 satellites, pour commencer

Depuis quelques mois, SpaceX attendait l’autorisation de la Federal Communications Commission (FCC) des États-Unis pour commencer le déploiement de cette nouvelle flotte. Ce jeudi 1er décembre, l’agence a enfin donné son feu vert pour 7 500 satellites.

« Notre action permettra à SpaceX de commencer le déploiement de sa nouvelle génération de satellites Starlink qui apportera le haut débit par satellite de nouvelle génération aux Américains dans tout le pays, y compris ceux qui vivent et travaillent dans des zones traditionnellement non desservies ou mal desservies par les systèmes terrestres« , ont écrit les responsables de la FCC. « Notre action permettra également un service large bande par satellite dans le monde entier, contribuant ainsi à réduire la fracture numérique à l’échelle mondiale. »

Starlink
Un satellite Starlink de première génération. Crédits : SpaceX

La décision n’est cependant qu’une demi-victoire pour SpaceX. En effet, la société avait initialement demandé l’autorisation de déployer 12 000, puis 29 988 de ces satellites en orbite basse. De son côté, la FCC explique n’avoir accordé qu’une approbation limitée dans le but de « répondre aux préoccupations concernant les débris orbitaux et la sécurité spatiale« , ont écrit les responsables.

Enfin, rappelons que ces satellites seront trop lourds pour être soulevés par des fusées Falcon 9. SpaceX mise donc sur le Starship, son vaisseau entièrement réutilisable actuellement en cours de développement dans le sud du Texas, qui les déploiera comme un distributeur PEZ. Sur place, les tests s’enchaînent, tant sur le vaisseau que sur le booster, en préparation du premier vol d’essai orbital de cette énorme fusée de 120 m de haut. Ce vol pourrait avoir lieu avant Noël.

Brice Louvet

Rédigé par Brice Louvet

Brice est un journaliste passionné de sciences. Ses domaines favoris : l'espace et la paléontologie. Il collabore avec Sciencepost depuis près d'une décennie, partageant avec vous les nouvelles découvertes et les dossiers les plus intéressants.