in

SpaceX a testé avec succès un système d’éjection d’astronautes pour ses vaisseaux

Crédits : SpaceX

(Avec The SpaceTimes) La société californienne SpaceX a testé mercredi un nouveau système d’éjection qui permettra aux futurs équipages de son vaisseau spatial Dragon V-2 de s’éjecter en cas d’avarie du lanceur au décollage. À partir de fin 2017, le vaisseau transportera des astronautes vers la Station spatiale internationale (ISS) dans le cadre d’un contrat de 2,6 milliards de dollars avec la Nasa.

« Félicitations à SpaceX pour ce qui paraît avoir été un test réussi en vue d’obtenir la certification de Dragon V-2 pour des missions vers et depuis la Station spatiale internationale (ISS). Il s’agit d’une étape essentielle pour assurer la sécurité des équipages de la Nasa et d’entités privées pour des vols en orbite terrestre basse », a déclaré Kathy Lueders, responsable à la Nasa du programme de transport commercial des astronautes.

Pour ce premier test grandeur nature, les astronautes ont été remplacés par un robot. Le Dragon V-2 a décollé de la station de l’US Air Force de Cap Canaveral en Floride à 9 h locale, et le test n’a duré que quelques secondes avant que le système d’éjection ne se sépare de Dragon qui, peu après, a déployé de petits parachutes pour retomber en douceur dans l’Atlantique. « La puissance des moteurs permettra normalement de transporter Dragon V-2 et son équipage de sept astronautes à cent mètres de la fusée en deux secondes, et à plus d’un kilomètre en un peu plus de cinq secondes », a précisé SpaceX.

Ce système s’inspire du mécanisme d’éjection d’un pilote de chasse, à la seule différence que c’est le vaisseau et son équipage qui sont éjectés. « Jusqu’alors, le système de secours consistait en une petite fusée attachée sur le dessus du vaisseau. En cas de problème du lanceur au décollage ou durant les tout premiers moments du vol, la fusée de secours allumait son moteur et emportait la capsule loin de la fusée », nous explique l’AFP. Le système de SpaceX est complètement intégré au vaisseau et pourrait fonctionner jusqu’à la mise sur orbite, soit dix minutes après le décollage.

La capacité d’éjecter en sécurité les astronautes en cas d’urgence est l’un des enjeux majeurs pour la prochaine génération de capsules habitées. La Nasa a par ailleurs imposé cette condition pour les futurs vaisseaux des sociétés avec lesquelles elle a signé un marché

Sources : SpaceX, AFP

– Crédits photo : SpaceX