in

Un sous-marin heurte une montagne sous-marine inexplorée

Crédits : Lieutenant Mack Jamieson/Commandant, Groupe de sous-marins 9

Un sous-marin à propulsion nucléaire est entré en collision avec une montagne sous-marine non cartographiée le mois dernier, blessant au passage onze membres d’équipage, selon la marine américaine.

L’USS Connecticut, un sous-marin d’attaque rapide de classe Seawolf, était entré en collision avec un « objet inconnu » dans les eaux internationales de la mer de Chine méridionale le 2 octobre dernier. Selon NPR, le choc avait causé plusieurs blessures mineures chez onze membres d’équipage. Le bâtiment avait ensuite refait surface avant de rejoindre l’île de Guam, au sud-est de la mer des Philippines.

Quelques heures après l’incident, la Marine soulignait simplement que cette collision n’avait pas impliqué un autre sous-marin sans communiquer davantage sur les éventuels dommages de la structure. De quoi s’agissait-il alors ? Selon un nouveau rapport publié le 1er novembre, l’USS Connecticut aurait heurté « un mont sous-marin inexploré« .

Ce n’est pas une première. En 2005 déjà, un mont sous-marin près de l’île de Guam s’était dressé devant l’USS San Francisco qui évoluait alors à plus de 30 nœuds, à environ 160 mètres de profondeur. Le choc avait causé de nombreuses blessures et entraîné un décès parmi l’équipage composé de 137 personnes. La proue ressemblait quant à elle à une canette de soda écrasée.

Le sous-marin lui-même reprit finalement la mer trois ans plus tard avec un « nouveau nez ». La proue de son « jumeau », le USS Honolulu, qui devait être mis à la retraite, a en effet finalement été soudée sur le San Francisco. Le sous-marin a servi encore pendant huit ans. Il est aujourd’hui en cours de travaux pour être transformé en « navire-école ».

sous-marin
Le USS San Francisco en cale sèche à Guam, en janvier 2005. Crédits : U.S. Navy photo/Allen Leonesio

Des reliefs largement inexplorés

Les monts sous-marins sont des vestiges de volcans éteints. La majorité est en forme de cône, mais certains développent de grands sommets plats. Les chercheurs pensent que plus de 100 000 de ces structures s’élèvent à plus de 1 000 mètres du fond marin. Selon la National Oceanic and Atmospheric Administration, les scientifiques ont cependant cartographié moins de 0,1% de cet échantillon.

« De nouvelles estimations suggèrent que pris ensemble, les monts sous-marins couvrent environ 28,8 millions de kilomètres carrés de la surface de la Terre« , note la NOAA. « C’est plus grand que les déserts, la toundra ou tout autre habitat terrestre de la planète« .

Les habitats qu’ils créent sont considérés comme des « points chauds biologiques », abritant un large éventail d’espèces. Leurs flancs escarpés encouragent en effet la remontée des nutriments, offrant un lieu de vie idéal pour les organismes sessiles comme les coraux et les éponges.