in

Les souris mâles ont peur des bananes. Voici pourquoi.

Crédits : Rudmer Zwerver/Tanja Ivanova

Selon une étude, les souris mâles produisent des hormones de stress une fois rapprochés des femelles gestantes ou allaitantes. Ces changements hormonaux seraient déclenchés par la présence d’un composé appelé acétate de n-pentyle libéré dans l’urine de ces dames. Il se trouve également que c’est ce composé qui donne aux bananes leur odeur distinctive.

Il existe de nombreux exemples bien étudiés de chimiosignalisation adulte, intraspécifique mâle-femelle et femelle-femelle affectant les comportements reproducteurs. En revanche, la littérature scientifique propose beaucoup moins d’exemples de signalisation femelle-mâle, en particulier chez les rongeurs. Il existe également une relative rareté d’exemples de chimiosignalisation intersexuée sans rapport avec le comportement sexuel, d’où l’intérêt de ces nouveaux travaux.

Dans un exemple intrigant, une étude publiée dans Science Advances décrit la capacité de l’urine de la souris femelle à inhiber un comportement agressif chez les mâles.

Message d’alerte

Les souris mâles, en particulier les mâles vierges, sont connues pour se livrer à des agressions infanticides pour améliorer leur aptitude génétique. Dans le cadre de cette étude, des chercheurs de l’Université McGill à Montréal ont découvert que les femelles enceintes et allaitantes s’appuient sur la chimiosignalisation (émission de réponses chimiques) pour les éloigner de leur progéniture. Ces derniers réagiraient donc à la présence d’acétate de n-pentyle, libéré dans l’urine des femelles.

« Les rongeurs et de nombreux mammifères autres que les humains dépendent de leur sens olfactif« , notent les auteurs. « Le marquage olfactif de l’urine, notamment, est bien connu, mais ce que nous avons trouvé ici est un nouveau message qui n’a jamais été décrit auparavant chez les mammifères (message des femelles aux mâles). En outre, la plupart de ces messages ont à voir avec le comportement sexuel. Or, ce n’est pas le cas ici. Les femelles demandent simplement aux mâles de rester à l’écart de leurs petits« .

souris banaes
Crédits : Alexas_Fotos/Pixabay

Même constat avec les bananes

Après avoir observé que les niveaux de stress chez les mâles augmentaient en réponse aux produits chimiques libérés dans l’urine des femelles, les chercheurs se sont demandé si l’acétate de n-pentyle provenant d’une source différente pourrait déclencher une même réponse. Pour leur expérience, ils se sont procuré de l’huile de banane. Ce fruit est en effet connu pour produire ce composé. Résultat : les mâles exposés à des boules de cotons imbibées d’huile de banane ont vu leurs niveaux de stress considérablement augmenter. Les auteurs soupçonnent que ce pic hormonal est directement lié au stress que l’on ressent face à un éventuel affrontement.

L’exposition à l’urine ou à l’huile de banane a également eu un effet analgésique (diminution de la sensibilité à la douleur). Ces niveaux d’analgésie induite par le stress étaient également significativement plus élevés chez les souris mâles vierges, ce qui suggère que les mâles non apparentés constituaient de plus grandes menaces pour la survie des progénitures que les pères.